Répression des « Universitaires pour la paix » et formes de résistance

Par Ayşen Uysal
Professeure en Science Politique
Université Dokuz Eylül, Izmir
Signataire de la pétition pour la paix

1128 universitaires et chercheurs de Turquie ont signé une pétition1 qui invite l’État à mettre fin à la violence qu’il exerce sur ses citoyens kurdes et qui revendique une paix durable. Cette pétition a été présentée lors d’une conférence de presse qui a eu lieu simultanément à Istanbul et à Ankara, le 11 janvier 2016. Il s’agissait d’une pétition parmi des centaines d’autres, mais le discours du Président de la République, Recep Tayyip Erdoğan (RTE), l’a placée au devant de l’actualité pendant plusieurs semaines. Après un premier temps d’insultes de R. T. Erdoğan, un lynchage social et politique a ensuite été organisé contre les pétitionnaires.

Les risques de mobilisation et les stratégies étatiques de la délégitimation

Une campagne de délégitimation du texte de la pétition et des signataires a été initiée par R. T. Erdoğan. Pour ce dernier, les signataires sont « des traîtres », « des ignorants très obscures », « des intellectuels colonialistes » (müstemleke aydını), « des pseudo-intellectuels » (sözde aydın), ou encore « une foule d’intellectuels » (aydın güruhu). Les signataires de la pétition (au moins une partie d’entre eux) ont été présentés comme des personnes qui ont signé le texte sans l’avoir lu. Cette forme de délégitimation a été diffusée par les médias et les signataires ont souvent subi des questions du type « Tu l’as (vous l’avez) signé sans lire le texte, n’est-ce pas ? ». Les voisins, les collègues, les proches n’ont pas hésité à poser cette question du gouvernement, reprise par les procureurs, avant tout pour encourager la démobilisation parmi les signataires. De même, les procureurs ont interrogé chaque signataire en demandant s’ils ont bien lu et compris le texte. Malgré cette délégitimation, un nombre peu significatif d’universitaires pour la paix a retiré son soutien de la pétition et, au contraire, le nombre des signatures a atteint 2200 en peu de temps.

Après la mise en cause de la rationalité des intellectuels, la stigmatisation des pétitionnaires a consisté à publier à plusieurs reprises leurs noms et leurs photos. Les médias proches du gouvernement de l’AKP ont même mis en place des sites Internet spécifiques pour afficher l’identité des personnes concernées (nom, affiliation, photo, etc.). Néanmoins, certaines parmi elles sont plus touchées que d’autres, comme les habitants des petites villes (par exemple, Düzce et Erzurum).

La répression ne s’arrête pas à la stigmatisation. Depuis le 12 janvier 2016, une quarantaine d’universitaires ont été licenciés, plus de cinq cent ont subi une enquête administrative et quatre parmi eux ont été emprisonnés durant cinq semaines. Le procès continue au moins pour ces quatre universitaires emprisonnés (Esra Mungan, Muzaffer Kaya, Kıvanç Ersoy, Meral Camcı), et la prochaine audition sera le 27 septembre 2016 à Istanbul. Les dossiers des signataires anatoliens ont été transférés au procureur d’Istanbul suite aux décisions d’incompétence des procureurs locaux. Les pétitionnaires d’Istanbul ont quant-à-eux été convoqués au commissariat.

Les enquêtes administratives et pénitentiaires sont donc à la fois arbitraires, incertaines, imprévisibles et incohérentes. Certains signataires ont été convoqués par la police alors que d’autres non ; certains ont été poursuivis par leurs universités, mais peu d’entre eux sont restés protégés ; certains ont été licenciés (la plupart issus des universités privées) ; certaines universités ont décidé de censurer alors que d’autres ont pénalisé les signataires par l’exclusion de la fonction publique, etc. Certaines universités privées ont même résilié le contrat de travail des signataires sans avoir besoin d’une poursuite institutionnelle. De même, dans certaines villes, les forces policières ont fait une descente dans les domiciles et les bureaux des pétitionnaires (33 cas). Ils ont été placés en garde à vue pendant plusieurs heures. Certains parmi eux ont également subi un dépouillement de leurs locaux. Bref, le caractère aléatoire, imprévisible et dissuasif de la mobilisation en Turquie que nous avons analysé pour d’autres mobilisations (Uysal 2005 et 2006) est maintes fois reproduit dans le cas de la pétition pour la paix.

L’annulation des projets de recherche, la suspension des bourses doctorales et postdoctorales par le Tübitak (l’équivalent de l’Agence Nationale de la Recherche en Turquie), l’exclusion des signataires des jurys, des commissions, des comités des différents événements scientifiques, etc. constituent d’autres types de risques encourus par les pétitionnaires pour la paix. Au final, cette pétition a donné lieu à des formes de répressions très dures et multipliées selon les contextes régionaux ou d’exercice de l’activité professionnelle.

pressure over academics for peace

Formes de résistance face à la répression étatique

Si l’on prend en compte les formes de résistance contre la répression, le répertoire des universitaires pour la paix (BAK) se situe dans le continuum des manifestations de « Gezi » qui ont commencé à la fin du mois de mai en 2013 suite à la destruction d’un parc appelé « Gezi » par la mairie d’Istanbul. Les manifestations se sont diffusées ensuite dans toute la Turquie et ont duré plus de deux mois. Ces intellectuels peuvent aussi s’appuyer sur des ressources spécifiques. La plupart d’entre eux ont suivi des études à l’étranger et certains sont spécialistes des mouvements sociaux. Ils ont dès lors pu s’appuyer sur ces expériences, notamment des luttes expérimentées dans d’autres pays, pour définir différentes formes d’action. Il s’agit bien ici d’une forme de transfert (cf. M. Espagne 2015) ou d’importation (cf. P. Bourdieu 2002) des pratiques protestataires.

Le répertoire d’action des différents groupes protestataires de Turquie reste déterminé par les conférences de presse depuis les années 1990 face à la répression étatique (Uysal 2005, 2006, 2016). Le mouvement de Gezi signifie donc un nouveau tournant dans les formes d’action qui recourent notamment à l’humour, aux graffitis, aux formes symboliques et non-violentes d’action ou encore au camping pour créer un espace libre et alternatif (Combès 2010). Certes, ces formes ne sont pas inventées par les protestataires de Gezi mais elles ont été mobilisées systématiquement pendant deux mois dans ces manifestations.

Quant au BAK, son répertoire peut être décomposé en trois parties : la mobilisation du nombre, l’appel à l’expertise et le recours aux médias (cf. Offerlé 1998).

L’usage du nombre

La pétition elle-même mobilise un nombre important des universitaires. La Turquie témoigne rarement d’une telle action collective massive des universitaires. Après la répression, le nombre des signatures atteint même 2200. Mais l’usage du nombre n’est pas limité aux signatures ; BAK mobilise aussi les collègues, les étudiants et l’initiative de « Tous pour la paix » (Barış İçin Herkes) afin de réaliser des « observations académiques » à la fois à Sur2 et devant deux prisons dans lesquelles leurs collègues ont été enfermés. Ils ont également fait appel à un rassemblement devant le palais de justice de Bakırköy à Istanbul pour soutenir les collègues emprisonnés. Plusieurs centaines de personnes arrivées de différentes villes de Turquie, mais aussi de l’étranger, se sont rendues devant le tribunal le 22 avril 2016. Elle ont appelé ce rassemblement devant le palais de la justice, d’une manière humoristique, « la Grande fête de la justice » (Büyük Adalet Şöleni). En partant de l’idée qu’« il faut faire du bruit pour obtenir quelque chose » (Offerlé 1998 : 110), les universitaires pour la paix ont ainsi constitué la représentativité et la légitimité du groupe.

L’appel à l’expertise

La préparation des rapports (notamment ceux préparés par « BAK Solidarité »), la mobilisation de professionnels du droit, l’invitation des organisations internationales des droits de l’homme et des organisations professionnelles de la science peuvent être pensées dans ce cadre de l’appel à l’expertise.

Les sous-groupes constitués pour assurer certaines affaires y jouent un rôle important. « BAK Solidarité » élabore des statistiques afin de rendre public le nombre des victimes de la répression (garde à vue, emprisonnement, enquêtes juridiques et administratives, licenciement, etc.) et de r créer un réseau de solidarité. « BAK Juridique » pour sa part prépare des documents pour informer les signataires de leurs droits. Il coordonne aussi les avocats qui assument la défense des universitaires (environ deux milles avocats défendent gratuitement les universitaires).

La constitution d’une solidarité internationale (« BAK International ») et l’appel aux observateurs internationaux pour l’audience constituent une partie importante du répertoire de ce groupe. BAK est caractérisé surtout par le travail de la constitution de solidarité. L’invitation des noms importants des sciences sociales tels que Noam Chomsky, Etienne Balibar, Bop Jessop, etc., l’élaboration des lettres de soutien, l’information des institutions étrangères s’inscrivent dans le cadre de cette campagne internationale.

Comme le souligne Michel Offerlé, « la gestion d’un intérêt, d’une cause, d’un groupe, passe par sa capacité à jouer sur le nombre mais aussi sur l’expertise. Prioritairement ou alternativement » (Offerlé 1998 : 122), le « succès » de BAK relève avant tout de sa capacité à jouer sur l’expertise, notamment internationale.

La scandalisation

L’information régulière des médias alternatifs ou non constitue un autre répertoire des universitaires pour la paix. Ils ont mobilisé tous leurs réseaux pour peser sur le gouvernement, l’opinion publique nationale et internationale. Les médias sont mobilisés pour dénoncer l’injustice et le scandale de la répression politique en Turquie et de la répression des universitaires qui ont signé une pétition. Certains signataires dénoncent dans des reportages ce scandale qui les touche, mais livrent également une réponse aux discours du Président de la république, du Premier ministre, etc. Les reportages et les éditoriaux parus dans la presse permettent donc de faire entendre une « contre voix ».

En outre, les formes d’action de BAK sont définies aussi par leurs caractères réflexif, créatif et humoristique.

  1. Le caractère réflexif et solidaire : Le choix du répertoire d’action est souvent basé sur de longues discussions au sein de BAK. Les différentes expériences se croisent pendant la discussion sur la liste électronique du groupe. Dès lors, les expériences des différents mouvements et pays se rencontrent comme celles du mouvement kurde, notamment des femmes kurdes, du mouvement écologiste, etc. Le répertoire d’action des différents groupes étasuniens, français, canadiens, mais aussi du « printemps arabe » ou palestiniens, etc. se mélangent en constituant un répertoire de BAK à la fois pour défendre la paix et contre la répression étatique. Dans ce processus, le caractère solidaire du groupe de BAK est devenu plus visible face à la répression, même si avant la pétition, ce petit groupe formé en 2012 était déjà un groupe de solidarité qui défendait la paix.
  2. Le caractère créatif  et le recours à l’humour ou un « militantisme souriant » : En partant de l’idée que « rire est la forme la plus efficace de la résistance », ce groupe d’universitaires a conservé son humour malgré la répression. Un site Internet a été créé pour constituer un système alternatif au système universitaire actuel (MetrU3) et pour se moquer de celui-ci et des auteurs de la répression (cf. http://www.metrisuni.com/giris/). Le fameux slogan des années répressives de 1990 a été réadapté par des universitaires le slogan qui apparaît en tête du site Internet : « Ne te tais pas, si tu te tais, l’Université MetrU arrivera chez toi » (Susma, sustukça MetrU sana gelecek) ! En prenant en compte le fait que le nom de cette université a été dérivé du nom de la fameuse prison de Metris à Istanbul, le slogan veut dire donc « Si tu continues à te taire, ça sera ton tour d’être emprisonné ».

De même, les cours publics montés en plein air par les universitaires licenciés permettent de créer leur propre système alternatif. Enfin, les slogans inventés pour soutenir les trois universitaires emprisonnés, du type « nous sommes les colombes d’Esra Mungan » (Esra Mungan’ın kumrularıyız), « nous sommes les équations de Kıvanç Ersoy4 » (Kıvanç Ersoy’un denklemleriyiz) et « nous sommes les phénomènes de Muzaffer Kaya » (Muzaffer Kaya’nın olgularıyız) montrent à quel point l’humour est présent chez les universitaires. Ces slogans rappellent ceux des manifestations de Gezi.

Enfin, pour conclure, on peut dire que face à une répression/aux risques à la fois arbitraires, incertains, imprévisibles et incohérents, les universitaires pour la paix ont mobilisé un répertoire d’action réflexif, solidaire, créatif et humoristique. Leur capacité de peser sur des réseaux nationaux et internationaux augmente ainsi leur capacité de résister face au gouvernement répressif de l’AKP.

Bibliographie

P. Bourdieu (2002), « Les conditions sociales de la circulation internationales des idées », Actes, vol. 145, no. 1, pp. 3-8.
H. Combes (2010), « Camper au cœur du pouvoir. Le Planton post-électoral de 2006 à Mexico », Revue Internationale de Politique Comparée, Vol. 17, no. 2, pp. 53-70.
M. Espagne & H. J. Lüsebrink (2015), Transfert des savoir sur l’Afrique, Karthala, Paris.
M. Offerlé (1998), Sociologie des groupes d’intérêt, Montchrestien, Paris.
A. Uysal (2005), « Maintien de l’ordre et risques liés aux manifestations de rue », dans G. Dorronsoro (dir.), La Turquie conteste. Etat sécuritaire et mobilisations politiques en Turquie, Edition CNRS, Paris.
A. Uysal (2006), « Organisation du maintien de l’ordre et répression policière en Turquie », dans D. Della Porta & O. Fillieule, Police et Manifestants. Maintien de l’ordre et gestion des conflits, Presse de Sciences Po, Paris.
A. Uysal (2016), « 1990’ların Baskı Kıskacında Sokak Siyaseti : Zaman, Mekan ve Örgütler », dans A. Uysal (dir.), İsyan, Şiddet, Yas. 1990’lar Türkiye’sine Bakmak, Dipnot, Ankara.

  1. Pour en savoir plus voir http://barisicinakademisyenler.net. []
  2. Il s’agit d’un quartier historique de Diyarbakır (Sud-Est) dans lequel un couvre-feu a été déclaré pendant plus de cinquante jours, faisant plusieurs dizaines de morts civils. []
  3. Le nom de cette université imaginaire est inspiré de la fameuse prison d’Istanbul, Metris, dans laquelle deux universitaires, Kıvanç Ersoy et Muzaffer Kaya, ont été emprisonnés. []
  4. Kıvanç Ersoy est un mathématicien. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *