La recension, ciment de la communauté scientifique ?

La recension (dite aussi compte rendu ou note de lecture, abrégée ici par la suite en CR) est une activité courante dans la recherche. Rendre compte d’un livre en 10 000 signes en moyenne, est un bon moyen de lire « utile ».

La plupart des revues ont (encore) une rubrique « notes de lecture » mais surtout, ces dernières années, plusieurs sites très prolifiques, spécialisés dans la publication de CR, ont vu le jour : lectures, la vie des idées, non-fiction, entre autres[1].

Pour avoir été quelques temps responsable d’une rubrique Notes de lecture dans une revue scientifique, je pense qu’on peut dire que, contrairement à ce qu’on croit souvent, le choix des livres dont il est rendu compte ne fait pas tant que cela l’objet d’une sélection volontaire et rationnellement menée[2]. Cette sélection a, en fait, davantage à voir, d’une part, avec la propension des éditeurs à envoyer spontanément leurs dernières parutions à la revue et, d’autre part, avec la bonne volonté et la ponctualité des auteurs ayant accepté le CR. De fait, dans la revue où j’ai officié quelques années, il était très rare de refuser sciemment de proposer à un-e collègue le CR d’un livre qu’on avait reçu ; en revanche, s’il a pu arriver que l’on « pousse » particulièrement tel ou tel ouvrage, il reste impossible de s’assurer que la note de lecture proposée serait bien livrée par le/la collègue à qui elle a été confiée, dans la mesure où la rédaction d’une note de lecture reste, pour la plupart d’entre nous, une sorte d’activité « en plus », dont on ne s’acquitte malheureusement que si on n’a rien de plus urgent à faire.

Pour toutes ces raisons, s’occuper des notes de lecture dans une revue implique de choisir les auteurs de CR avec soin. Cela nécessite d’avoir une bonne connaissance de sa discipline, au niveau scientifique mais aussi au niveau humain. Par exemple, il faut éviter de donner un livre à lire à une personne qu’un contentieux professionnel ou personnel oppose à son auteur ou, à l’inverse, à quelqu’un qui serait trop proche de l’auteur de l’ouvrage à lire (toute la difficulté réside dans l’estimation de ce « trop » à vrai dire, car dans un champ d’étude précis, tout le monde finit par se connaître, pour le meilleur et pour le pire). Il faut donc trouver un auteur de CR proche du domaine du livre à lire, pour que le CR soit en prise avec l’actualité de ce domaine, mais pas trop proche pour que la recension contienne ce qu’il faut de discussions de l’argument du livre ou de critiques constructives. De plus, en administrant les notes de lecture d’une revue, on identifie assez vite les « bons clients » des CR (celles/ceux qui savent faire des recensions efficaces et synthétiques, celles/ceux qui rendent leur texte à l’heure, etc.), attribuer un CR est donc une tâche délicate, qui nécessite souvent le recours au collectif, en particulier pour les champs d’étude qu’on ne connaît pas bien soi-même.

Au final, un CR est comme un article : il y en a des plus ou moins bien écrits ; des qui décrivent le livre en profondeur mais donnent un avis de surface, en regrettant la présence de coquilles ou l’absence d’un index des noms ; d’autres, au contraire, qui rendent compte très succinctement de l’ouvrage lui-même mais l’inscrivent dans le contexte intellectuel du moment et transforment plus ou moins la note en revue de questions. De fait, il n’y en a pas de bonne ou de mauvaise : tout dépend de ce que l’on cherche dans la recension. Veut-on un CR précis du livre, afin de savoir si le livre vaut le coup d’être lu, voire (oserais-je le dire ?) afin de faire « comme si » on l’avait vraiment lu ? Ou bien veut-on un exposé plus global du débat scientifique dont le livre est un jalon ?

Dans l’un ou l’autre cas, il y a toutefois des règles basiques pour faire un CR efficace. Mais il est rare d’aborder le sujet autrement que dans des conversations informelles entre collègues : comme l’essentiel de ce qui fait la recherche au quotidien, savoir écrire des recensions s’apprend sur le tas – à force d’en lire, d’en écrire, par mimétisme sélectif.

Or, dans un article récemment publié, Mohammed A. Bamyeh, professeur à l’université de Pittsburgh, spécialiste des mouvements sociaux au Maghreb et editor de la revue International Sociology, dégage les 7 commandements de la bonne recension. Je les livre ici, en les adaptant un peu au contexte francophone :

  1. Compte du livre tu rendras. Autrement dit, même en désaccord avec l’auteur, l’argument du livre tu résumeras a minima, avant de le discuter. Te souvenir tu devras, que rendre compte n’est pas régler ses comptes.
  2. Un long résumé chapitre par chapitre tu éviteras. Car, selon Bamyeh, celui-ci rend la lecture du CR fastidieuse, et reste moins utile qu’une présentation globale – mais approfondie – du propos et de la structure du livre.
  3. A garder une langue simple et bien structurée tu veilleras. Et ce, même si le livre est complexe ou jargonnant. Si certains éléments du raisonnement de l’auteur t’échappent, le mentionner dans le CR tu pourras.
  4. Te rappeler que les recensions s’adressent à un large lectorat tu devras. Autrement dit, de faire de ton CR une tribune adressée à quelques spécialistes tu éviteras.
  5. D’être allusif tu te garderas. La recension est l’occasion de formuler clairement tel ou tel débat, pour bien saisir les enjeux scientifiques du livre commenté. Théoriquement, un CR est censé être compréhensible pour tout lecteur, quelle que soit sa spécialité ou sa discipline.
  6. Sincèrement intéressé par le sujet du livre tu ferais mieux d’être (sinon de faire le CR tu t’abstiendras !) Pour Bamyeh, les recensions sont souvent plus faciles à rédiger et plus intéressantes à consulter dans ce cas.
  7. Les notes de bas de page, autant que possible, tu éviteras.

Pour ma part, j’ai réellement découvert l’intérêt des recensions comme lectrice, lorsque, plongée dans les affres des derniers mois de rédaction de thèse, je n’avais plus le temps d’aller en bibliothèque, picorer dans les rayons. Il me fallait savoir très vite quel livre serait le plus efficace à consulter pour une question bien précise. Il me fallait aussi me familiariser en accéléré à certains débats, passés ou présents. Sur ces quelques mois, j’ai fréquenté assidûment les rubriques Notes de lecture, qui m’ont rendu de fiers services.

C’est à la lecture des recensions, à vrai dire, que l’idée de communauté scientifique me semble la plus concrète.

Crédit de l’image : Horia Varlan, “Hardcover book gutter and pages”, 23 octobre 2008, cc


[1] Le rôle des comptes rendus dans la réception d’un livre a-t-il déjà fait l’objet d’une étude de la part de collègues ? Si oui, il serait intéressant de savoir si, de nos jours, une recension sur La Vie des Idées n’a pas plus d’impact dans la construction de la notoriété académique d’un livre de sociologie (par exemple), qu’une recension dans l’une des grandes revues de la discipline.

[2] J’ignore si le fonctionnement est le même dans les sites spécialisés mentionnés.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *