Les étudiant.e.s dionysien.ne.s, ces surdoué.e.s ignoré.e.s

classe graff bonnets daneAu CSU, de nombreux.ses enseignant.e.s chercheur.se.s travaillent à l’Université de Saint-Denis auprès, notamment, d’étudiant.e.s dionysien.e.s et séquanodionysien.ne.s. Qui se cache derrière ces beaux adjectifs ? Des étudiant.e.s au niveau toujours trop faible par rapport aux attentes de leurs enseignant.e.s ? Des étudiant.e.s démuni.e.s, perdu.e.s dans le monde des études supérieures, comprenant difficilement les exigences universitaires en raison de la faiblesse de leurs ressources familiales ?

Et si, au contraire, il.elle.s étaient des étudiant.e.s aux facultés d’adaptation et d’apprentissage exceptionnelles ? Examinons les conditions de leur parcours scolaire jusqu’au baccalauréat, et jugez plutôt.

Tout d’abord, voici des élèves qui se contentent de peu. D’après un rapport d’observations provisoires de la Cour des comptes daté de 2012, l’État dépense 47 % de plus pour la scolarité d’un petit parisien que pour celle d’un enfant de l’académie de Créteil. C’est logique, puisque le niveau de vie mensuel moyen est de 1324 €/mois en Seine-Saint-Denis contre 2043 €/mois à Paris en 2013 (INSEE). Les petit.e.s dionysien.ne.s ont bien l’habitude de faire des économies.

Ensuite, la plupart de ces bachelier.e.s ont sauté une classe. Eh oui : en raison de la faiblesse du volet de remplaçant.e.s en Seine-Saint-Denis, les syndicats enseignants et les associations de parents d’élèves ont calculé que les élèves y perdent en moyenne un an de présence enseignante.

Enfin, il.elle.s s’avèrent particulièrement autonomes et coopératifs : ce sont eux.elles qui forment les enseignant.e.s de notre pays. 45 % des néotitulaires sont effectivement affectés dans les académies de Versailles et de Créteil, académies qui ne représentent que 15,9 % des effectifs enseignants du second degré (« Gérer les enseignants autrement », rapport thématique de la Cour des comptes, mai 2013). C’est donc auprès de ces élèves que nombre d’enseignant.e.s font leurs premières armes : à Saint-Denis, 40 % des instituteurs ont moins de 3 ans d’expérience.

Alors, ne sont-il.elles.s pas méritant.e.s, ces étudiant.e.s dionysien.ne.s ?

Si vous voulez les aider à l’être un peu moins, n’hésitez pas à aller voir et à signer ici.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *