Archives de l’auteur : Collectif

Répression des « Universitaires pour la paix » et formes de résistance

Par Ayşen Uysal
Professeure en Science Politique
Université Dokuz Eylül, Izmir
Signataire de la pétition pour la paix

1128 universitaires et chercheurs de Turquie ont signé une pétition1 qui invite l’État à mettre fin à la violence qu’il exerce sur ses citoyens kurdes et qui revendique une paix durable. Cette pétition a été présentée lors d’une conférence de presse qui a eu lieu simultanément à Istanbul et à Ankara, le 11 janvier 2016. Il s’agissait d’une pétition parmi des centaines d’autres, mais le discours du Président de la République, Recep Tayyip Erdoğan (RTE), l’a placée au devant de l’actualité pendant plusieurs semaines. Après un premier temps d’insultes de R. T. Erdoğan, un lynchage social et politique a ensuite été organisé contre les pétitionnaires.

Les risques de mobilisation et les stratégies étatiques de la délégitimation

Une campagne de délégitimation du texte de la pétition et des signataires a été initiée par R. T. Erdoğan. Pour ce dernier, les signataires sont « des traîtres », « des ignorants très obscures », « des intellectuels colonialistes » (müstemleke aydını), « des pseudo-intellectuels » (sözde aydın), ou encore « une foule d’intellectuels » (aydın güruhu). Les signataires de la pétition (au moins une partie d’entre eux) ont été présentés comme des personnes qui ont signé le texte sans l’avoir lu. Cette forme de délégitimation a été diffusée par les médias et les signataires ont souvent subi des questions du type « Tu l’as (vous l’avez) signé sans lire le texte, n’est-ce pas ? ». Les voisins, les collègues, les proches n’ont pas hésité à poser cette question du gouvernement, reprise par les procureurs, avant tout pour encourager la démobilisation parmi les signataires. De même, les procureurs ont interrogé chaque signataire en demandant s’ils ont bien lu et compris le texte. Malgré cette délégitimation, un nombre peu significatif d’universitaires pour la paix a retiré son soutien de la pétition et, au contraire, le nombre des signatures a atteint 2200 en peu de temps.

Après la mise en cause de la rationalité des intellectuels, la stigmatisation des pétitionnaires a consisté à publier à plusieurs reprises leurs noms et leurs photos. Les médias proches du gouvernement de l’AKP ont même mis en place des sites Internet spécifiques pour afficher l’identité des personnes concernées (nom, affiliation, photo, etc.). Néanmoins, certaines parmi elles sont plus touchées que d’autres, comme les habitants des petites villes (par exemple, Düzce et Erzurum).

La répression ne s’arrête pas à la stigmatisation. Depuis le 12 janvier 2016, une quarantaine d’universitaires ont été licenciés, plus de cinq cent ont subi une enquête administrative et quatre parmi eux ont été emprisonnés durant Continuer la lecture

  1. Pour en savoir plus voir http://barisicinakademisyenler.net. []

Soutien à la mobilisation nationale des précaires de l’enseignement supérieur et de la recherche

Motion du CRESPPA, adoptée à l’unanimité des suffrages exprimés et une abstention le 24 mai 2016.

Le CRESPPA s’inquiète depuis plusieurs années de la baisse continue des recrutements dans les disciplines investies par l’unité, et de l’augmentation parallèle des contrats précaires et parfois même illégaux. L’actuel projet de décret annulant 256 millions de crédits pour l’ESR promet d’empirer encore ces tendances, dans un contexte global de précarisation du travail qui sera accentué par le projet de « loi travail » s’il continue d’être imposé contre les mobilisations convergentes depuis la plupart des secteurs de la société.

Les enseignant·e·s et chercheur·e·s non titulaires, doctorant·e·s et docteur·e·s, de même que les personnels administratifs et techniques, sont de plus en plus contraint·e·s d’accepter des conditions de travail et de rémunération indignes, et pour des périodes de plus en plus longues. Ces situations génèrent des abandons non seulement douloureux mais privant l’enseignement et la recherche de collègues talentueux·ses. Elles minent aussi l’organisation du travail et la coordination des services en plus de susciter des relations de travail tendues voire pathogènes. Elles créent enfin une vaste zone de précarité durable qui transforme radicalement nos métiers : face à la pénurie de moyens et de personnels, les titulaires sont condamné·e·s à la fois à des surcharges d’investissement néfastes pour la qualité de leur travail, et à se transformer en exploiteur·e·s malgré eux·lles du travail bon marché des collègues précaires. Contraire au temps long, à la cohérence et à la collégialité indispensables à l’enseignement et à la recherche, la multiplication des formes de précarité ne peut ainsi que favoriser les écarts de pouvoir et les relations de dépendance générateurs d’abus, comme le montrent les trop nombreux cas de harcèlement moral et/ou sexuel.

Lprecaritee CRESPPA soutient pour toutes ces raisons les mobilisations des précaires de l’ESR, au sein des organisations professionnelles et syndicales comme sous la forme autonome prise par le Collectif national des précaires de l’ESR (http://precairesesr.fr/).

Le CRESPPA rappelle que seule la création significative de nouveaux postes d’enseignant·e-chercheur·e, d’ITA et de BIATOSS permettra  de résorber la précarité dans l’enseignement supérieur et la recherche.

Le CRESPPA appelle dans cette logique l’ensemble des collègues titulaires à manifester leur solidarité symboliquement et pratiquement, par exemple en participant par des journées « labo mort » aux mobilisations nationales contre la « loi travail » du 26 mai et du 14 juin, ainsi qu’en contribuant à la caisse de solidarité pour les précaires de l’ESR (contact@precairesesr.fr).