Archives de l’auteur : Olivier Roueff

En Turquie nos collègues ont besoin de nous

La situation en Turquie empire de jour en jour, et la répression s’abat en particulier sur les 1128 universitaires qui ont signé la pétition « We will not be a party to this crime », rendue publique le 11 janvier 2016. Le collectif Academics for the Peace tient depuis lors le compte des représailles du régime – mises à pied, suspensions, harcèlements… Ci-dessous le dernier rapport en date : la liste est impressionnante, et s’allonge de jour en jour.

L’urgence est à permettre aux collègues de sortir du territoire turc pour échapper aux représailles, notamment avant le réquisitoire public du procureur de la république qui va immanquablement empirer la situation – les signataires sont accusés de propagande pour une organisation terroriste et/ou d’insulte à la nation, et certains sont déjà interdits de sortie du territoire.

Parmi les solutions à notre portée, et que certaines universités et/ou collègues individuels mettent déjà en œuvre :

  • le plus rapide consiste à utiliser des financements contractuels (ANR, ERC, labex ou autres) pour offrir des contrats aux collègues menacés, même courts, justifiant et finançant un séjour en France ;
  • mettre en place au niveau des universités et autres établissements de l’ESR des bourses d’urgence, par exemple pris sur les fonds dédiés à l’accueil de collègues étrangers ;
  • d’autres possibilités existent selon les cas particuliers, et la meilleure option est d’entrer en contact avec le collectif Academics for Peace (BAK) pour les envisager.

Pour toute question, offre, soutien…, le contact de la commission internationale de Academics for Peace (supprimer bien sûr les [ ] et espaces) :

bak-uluslararasi-iliskiler-grubu [@] googlegroups.com

Pour obtenir des contacts francophones : o.roueff [@] free.fr

 

BAK raporu – Ceviri

ACADEMICS FOR PEACE,  REPORT of the SOLIDARITY GROUP CONCERNING THE CURRENT SITUATION: Violations of human rights, freedom of speech and academic freedoms following the  declaration, “We will not be a party to this crime…”

(24.02.2016)

  Continuer la lecture

Ne sois pas un de ces gars : conseils pratiques pour l’universitaire mâle

Par Acclimatrix [1]

[Ndt. Les rapports de pouvoir sont produits tout autant par des mécanismes structurels que par les comportements ordinaires les plus anodins en apparence. C’est à ces derniers que s’adresse ce billet d’Acclimatrix, pseudonyme d’une chercheure étatsunienne, et plus particulièrement aux membres masculins du monde académique qui produisent les discriminations sexistes, parfois sans s’en rendre compte, au quotidien des relations de travail. Les mobilisations féministes ayant réussi à rendre l’idéal égalitaire légitime, ces conseils pratiques soulignent qu’il ne suffit pas d’y adhérer pour la forme : l’égalité suppose que les dominants perdent leurs privilèges, et ils peuvent y contribuer eux aussi en se faisant par exemple attentifs aux multiples « petits » actes ici mis en lumière. Nombre d’entre eux sont d’ailleurs transposables pour d’autres rapports de pouvoir – de classe, de « race », de statut professionnel, d’âge… Lien vers le billet original : tenureshewrote]

Il existe pléthore de recherches sur les causes des environnements hostiles aux femmes dans le monde académique, et sur la sous-représentation des femmes dans beaucoup d’univers. Il y a des groupes de soutien pour les femmes, des associations entièrement dédiées aux femmes universitaires (en général ou par spécialité), des ateliers pour femmes universitaires et d’innombrables articles et blogs consacrés au sujet [2].

Ces initiatives sont importantes, mais elles laissent un problème en suspens : l’égalité des sexes doit devenir une entreprise collaborative. Si les hommes sont majoritaires dans la plupart des départements, des comités de rédaction, des comités de sélection, des laboratoires et des colloques, alors les hommes doivent devenir des alliés pour la grande cause de l’égalité, simplement parce qu’ils ont plus de billes en main. Or, même si j’aimerais que ce ne soit pas le cas, les mecs deviennent souvent moins attentifs quand des questions telles que le sexisme sont soulevées. Je me suis aussi rendue compte que nombre d’entre eux sont antisexistes mais ne réalisent pas que leurs actes quotidiens (petits et grands) perpétuent l’inégalité. Donc, les gars, ce billet est pour vous. [3]

1. Ne commente pas l’apparence d’une femme dans un contexte professionnel. Peu importent tes intentions, ce n’est pas pertinent. De même, ne dis à personne qu’elle ne ressemble pas à une scientifique/enseignante/universitaire, qu’elle a l’air trop jeune, ou qu’elle devrait sourire davantage.

2. Ne prends pas la parole au détriment de tes collègues féminines. Hommes et femmes sont socialisé·e·s différemment à la communication. Tu ne t’en rends peut-être pas compte, mais si tu te surprends à Continuer la lecture