Archives de l’auteur : Sibylle Gollac

Les étudiant.e.s dionysien.ne.s, ces surdoué.e.s ignoré.e.s

classe graff bonnets daneAu CSU, de nombreux.ses enseignant.e.s chercheur.se.s travaillent à l’Université de Saint-Denis auprès, notamment, d’étudiant.e.s dionysien.e.s et séquanodionysien.ne.s. Qui se cache derrière ces beaux adjectifs ? Des étudiant.e.s au niveau toujours trop faible par rapport aux attentes de leurs enseignant.e.s ? Des étudiant.e.s démuni.e.s, perdu.e.s dans le monde des études supérieures, comprenant difficilement les exigences universitaires en raison de la faiblesse de leurs ressources familiales ?

Et si, au contraire, il.elle.s étaient des étudiant.e.s aux facultés d’adaptation et d’apprentissage exceptionnelles ? Examinons les conditions de leur parcours scolaire jusqu’au baccalauréat, et jugez plutôt. Continuer la lecture

Les matheux-ses savent vivre

Pour des raisons personnelles, j’ai dû assister dans ma vie à deux soutenances de thèse en mathématiques, et plus récemment à une soutenance d’habilitation à diriger les recherches à Marseille. Notons tout d’abord que les matheux-ses y disposent d’un « Centre international de rencontres mathématiques » situé à Luminy, à 30 minutes à pieds d’un des plus beaux endroits du monde, où il fait bon se baigner, mater les poissons et pêcher des oursins.

Passons sur ce choix de bon goût. Cette soutenance m’a pour la troisième fois – mais je ne m’y habitue pas – laisser le goût d’une ethnographie par dépaysement plutôt que par distanciation. Imaginez-vous. Le-la candidat-e ne tourne pas le dos à la salle : il lui fait bel et bien face, sur le devant de la scène, tandis que le jury, bien obligé, devient humblement le premier rang du public. Et voici qu’on apprend que le-la candidat-e dispose d’une heure pour présenter son travail. En cet instant l’angoisse nous étreint. En l’occurrence, j’ai beau savoir que mon ami aime faire des efforts de vulgarisation, son HDR s’intitule tout de même « Limite de champ moyen et propagation du chaos pour des systèmes de particules, limites gyro-cinétique et quasi-neutre pour les plasmas ». Pourrai-je supporter non seulement son exposé mais aussi les heures de discussion qu’augure un temps de parole double ou triple de celui dont disposent les impétrant-e-s en sciences sociales ? Et c’est là que le dépaysement est total : voici que le premier membre du jury prend à peine deux minutes pour poser deux questions précises et succinctes, tandis que mon ami prend le double de temps pour répondre ! Idem pour le second et le suivant, jusqu’au sixième. Le troisième, d’ailleurs, est une troisième. Une femme pour six membres du jury, il arrive de faire mieux en sciences sociales mais aussi souvent de faire moins bien.

Tout cela est plié en 1h30, ce qui laisse largement le temps au public reconnaissant de célébrer le pot puis d’aller prendre l’apéro au bord de l’eau. N’y a-t-il pas de nombreuses leçons à tirer de cet exemple que nous offre cette vénérable discipline, fleuron de la recherche française (et brésilienne), qui n’empêche même pas le sex-appeal (c’est pas moi qui le dit, c’est le Figaro) ? Il offre évidemment davantage de visibilité au travail de le-la candidat-e. Il interroge surtout sur les raisons qui nous poussent, en sciences sociales, à continuer à exposer, des heures durant, nos membres de jurys et leurs vagues à l’âme, au regard impitoyable de la salle.