Archives de catégorie : outils pédagogiques

Quatre mille prénoms en quête d’acteurs

Par Baptiste Coulmont, Guillaume Cabanac et Erwan Bahi

Pour décrire une population, il est parfois intéressant de passer par une description des prénoms des individus qui la composent. Pour ce faire, il faut évidemment disposer d’une liste nominative.

Explorons ici un cas spécial, dans lequel les mêmes personnes disposent de prénoms différents : les prénoms des acteurs et ceux des personnages d’une centaine de séries télévisées françaises des vingt dernières années. Les données proviennent de l’Internet Movie Database (IMDb)1

C’est un corpus varié, très diversifié, qui comporte aussi bien des sketchs courts et très nombreux (comme Kaamelot) que des séries d’un format plus long; des séries « historiques » et des séries policières contemporaines; des séries bien reçues par la critique et le public, et d’autres non. En tout, 115 séries, 8600 acteurs, et environ 10500 personnages avec un prénom.

Un peu plus de 4000 prénoms différents sont utilisés par ces acteurs et ces personnages.
Les prénoms les plus fréquents parmi les acteurs des séries télévisées, en France, sont Philippe (137 acteurs portent ce prénom), Pierre et Laurent. Les prénoms les plus fréquents chez les personnages des mêmes séries sont Pierre (qui apparaît dans 44 séries différentes), Paul, Marie et François.

Rang Acteurs Personnages
1 PHILIPPE PIERRE
2 PIERRE PAUL
3 LAURENT MARIE
4 OLIVIER FRANCOIS
5 ERIC ANTOINE
6 MICHEL PHILIPPE
7 NICOLAS SOPHIE
8 MARIE HELENE
9 FREDERIC JULIEN
10 PATRICK FRANCK

Seuls Philippe, Pierre, Michel et Marie sont communs aux deux listes. Mais à première vue, ces listes se ressemblent quand même. On y trouve des prénoms classiques, assez fréquents en France. Dans le détail, ces deux listes diffèrent cependant. Si l’on s’intéresse aux 300 prénoms les plus fréquents, alors les prénoms des personnages sont de 3 à 5 ans plus « jeunes » que les prénoms des acteurs [Note: l’âge du prénom est calculé à partir de l’année de popularité maximale de ce prénom]. Et les prénoms des personnages récurrents (les premiers et seconds rôles de ces séries) sont 6 à 7 ans plus jeunes en moyenne que les prénoms des acteurs.

C’est ainsi que Véronique Genest (née en 1956, dont le prénom connaît son apogée en 1963) joue le rôle de Julie Lescaut (prénom qui connaît son apogée en 1987) dans une série diffusée à partir de 1992.

Les prénoms diffèrent aussi dans leur forme : les prénoms des acteurs (où les Jean-François, Jean-Christophe, Jean-Philippe sont pléthore) sont en moyenne plus longs que les prénoms des personnages (où pullulent les prénoms de quatre ou cinq lettres).

Enfin, les prénoms des acteurs et des personnages diffèrent dans leur distribution : les prénoms des personnages sont moins concentrés que ceux des acteurs, ils sont plus variés. C’est compréhensible : il ne peut pas y avoir 3 Marie et 3 Michel dans la même série en tant que personnages alors qu’il y a souvent des homonymes parmi les acteurs.

Ces prénoms n’ont pas tout à fait les mêmes rôles : les prénoms des personnages sont plus courts, plus jeunes, et plus variés que les prénoms des acteurs.

Les prénoms ont aussi des connotations : ils sont notamment liés à des habitudes religieuses (Marie, Joseph, Paul, Pierre… ne sortent pas de nulle part) ou linguistiques (Enzo, Benito…). Ces connotations sont d’autant plus importantes dans les œuvres de fiction qui peuvent souvent réduire un personnage à un prénom. Elles importent aussi dans le contexte actuel d’études autour de ce qu’on appelle parfois la « diversité » : les médias représentent-ils bien la diversité de la population française, en terme d’origine sociale, nationale, en terme de genre, d’âge ? Il n’est pas besoin de passer par les prénoms : alors que les femmes adultes sont aussi nombreuses que les hommes adultes, elles ne représentent que 40% des rôles.

Concentrons-nous ici sur les prénoms « arabes », à partir d’une liste comprenant plus de 1000 prénoms différents, compilée à partir de listes de « beaux prénoms arabes » ou de « vrais prénoms arabes » récupérées sur internet2.

4,5% des acteurs et des personnages ont un prénom arabe. La proportion est à la hausse : l’on passe de moins de 3% dans les séries diffusées avant 2000 à environ 5% dans les séries diffusées depuis 2015. Est-ce une proportion faible ou une proportion importante ?

Cette proportion est un peu plus faible que la proportion que l’on trouve chez les enfants nés en France depuis 1960, si l’on utilise la même liste de prénoms arabes (mais elle reste d’un ordre de grandeur comparable). Toutefois d’autres personnes, en France, portent des prénoms « arabes » (les immigrés, qui ne sont pas nés en France) : la population des personnages et des acteurs de séries télévisés sous-estime donc la part totale des individus qui, en France, portent un tel prénom arabe.

L’appariement entre un personnage et son acteur est certes un processus complexe, mais l’on remarque fort bien une correspondance entre les connotations respectives de leurs prénoms. Ainsi, dans la base, les personnages prénommés « Ahmed » sont des rôles confiés à des acteurs prénommés Hakim, Larri, Sabri, Ahamed et Mostefa. Les « Samir » sont endossés par Kader, Smaïl, Malik, Rachid, David et Boris. Et les acteurs prénommés Samir jouent des personnages prénommés Kader, Mehdi, Slimane, Yanis, Abdel, Hocine, Cedric, et Olivier.

En conclusion, il n’étonnera personne que les populations des séries télévisées, décrites à partir des prénoms, ne soient pas une représentation fidèle de la société. Mais certaines séries ont des prétentions réalistes. Si l’on réduisait l’échantillon à ces séries, obtiendrait-on une représentation plus fidèle ?

  1. Les données utilisées proviennent de plusieurs sources. D’une part, l’Internet Movie DataBase (IMDB) répertorie, entre autres, les acteurs jouant des personnages dans des films et séries. D’autre part, le site citeartistes.com propose une liste de séries de fiction françaises. Ces deux sources de données ont été intégrées dans une base de données grâce à IMDBpy. Les statistiques du billet ont été calculées en SQL à partir du schéma relationnel associé, ainsi qu’avec le logiciel R.
    Ces données ont été comparées à celles du Fichier des prénoms de l’INSEE (Fichier des prénoms – Edition 2012 – (2012) [fichier électronique], INSEE [producteur], Centre Maurice Halbwachs (CMH) [diffuseur]). []
  2. Par exemple : www.prenomsarabes.com. []

Les étudiant.e.s dionysien.ne.s, ces surdoué.e.s ignoré.e.s

classe graff bonnets daneAu CSU, de nombreux.ses enseignant.e.s chercheur.se.s travaillent à l’Université de Saint-Denis auprès, notamment, d’étudiant.e.s dionysien.e.s et séquanodionysien.ne.s. Qui se cache derrière ces beaux adjectifs ? Des étudiant.e.s au niveau toujours trop faible par rapport aux attentes de leurs enseignant.e.s ? Des étudiant.e.s démuni.e.s, perdu.e.s dans le monde des études supérieures, comprenant difficilement les exigences universitaires en raison de la faiblesse de leurs ressources familiales ?

Et si, au contraire, il.elle.s étaient des étudiant.e.s aux facultés d’adaptation et d’apprentissage exceptionnelles ? Examinons les conditions de leur parcours scolaire jusqu’au baccalauréat, et jugez plutôt. Continuer la lecture

A Taste of Sociology

                               

They’ve specialized in Literature, Civilization or Communication, are graduate students, they are quite fluent in English -some are even native speakers, want to become Web editors or journalists, are mainly interested in culture and the arts, and are compelled to attend two sociology courses in their Masters’ degree syllabus. What to teach them and how to do it is what I’ve been tackling with since the creation of these courses. The whole purpose being that the slight taste of sociology the students get enhances the skills they already have and that sociology as a tool for grasping society widens their perspectives on culture and art as social processes set in specific contexts. My stand is that a hands-on experience of sociology is better than a text-based one.

I first designed an M1 course in partnership with some cultural institutions programming US photographers or video makers (Fondation Henri Cartier Bresson, Jeu de Paume, for instance). The students had free regular access to the exhibitions so as to Continuer la lecture

Le blog du CSU

Ce carnet vise à offrir un espace de communication scientifique aux membres de l’équipe Cultures et sociétés urbaines (CSU) afin de diffuser leurs travaux, leurs questionnements, et plus largement un regard sociologique sur le monde. Il vient compléter les sites et blogs que certain.e.s chercheur.e.s tiennent déjà :

Équipe plurithématique et pluridisciplinaire au croisement de sociologie et de la science politique, le CSU est l’une des trois composantes du Cresppa, Unité mixte de recherche 7217. Les recherches s’y organisent autour de trois thématiques transverses au Cresppa : Frontières et dynamiques de la citoyenneté, Genre et rapports sociaux de sexe, Travail et classes sociales : les figures de l’exploitation ; et de trois axes propres au CSU : « Ville » catégories et ségrégations urbaines, Culture, Santé.