Parcoursup : diviser l’enseignement supérieur

Alors que la Cour des comptes critique cette semaine les « paramètres parfois contestables » de sélection de la plate-forme Parcoursup, Marie-Paule Couto, Fanny Bugeja-Bloch et Leïla Frouillou analysait en mai 2019 les effets de dualisation de l’enseignement supérieur induit par la loi ORE qui accompagnait cet outil informatique.

Votée en 2017, la loi Orientation et Réussite des Étudiants (ORE) constitue l’une des réponses des autorités à la massification scolaire et au contexte de saturation croissante des capacités d’accueil de certaines formations (notamment des STS, IUT, licences de STAPS, droit, psychologie et médecine). L’objectif officiel de la réforme est de réduire l’échec en licence en améliorant l’orientation des bacheliers. Annoncée en juillet et mise en place en urgence à la rentrée 2018, elle étend la sélection sur dossier scolaire (accompagné d’un CV1 et d’un projet de formation motivé) à l’ensemble des formations du supérieur et organise l’affectation des candidats à l’aide d’un nouveau dispositif d’affectation : Parcoursup. Loin d’être neutres, les portails internet visant à enregistrer les vœux des élèves constituent « un prisme à travers lequel les aspirations des bacheliers vont se réfracter (changer de direction, subir une inflexion) » (Lemêtre & Orange 2017 : 57). Cette contribution analyse les premiers effets de la loi ORE sur l’enseignement supérieur en considérant les vœux des candidats. Après une présentation des changements institutionnels de la plateforme qui prônent le libre choix tout en encadrant les aspirations, il s’agit de saisir les conséquences de la réforme sur la distribution des vœux des élèves dans l’espace hiérarchisé de l’enseignement supérieur, en particulier en région parisienne où la concurrence entre formations est sévère (Frouillou 2017).

Prôner le libre choix tout en encadrant les aspirations

Le portail Parcoursup met à disposition des informations sur les formations de l’enseignement supérieur et enregistre les vœux de poursuites d’études des lycéens, des étudiants en réorientation ou en reprise d’études. Il répond aux mêmes objectifs de rationalisation de l’orientation scolaire et de gestion des flux de bacheliers vers l’enseignement supérieur que son prédécesseur Admission-­‐Post-­‐Bac (APB) (Lemêtre & Orange 2017). Malgré des continuités entre les deux dispositifs, des changements importants sont intervenus avec Parcoursup (Frouillou & al. 2019). Tout en prônant le libre choix des élèves, les pouvoirs publics ont multiplié les dispositifs visant à encadrer les aspirations des bacheliers. En amont des classements opérés par les formations, chaque élève est rappelé à sa place (en fonction du baccalauréat détenu) dans l’espace hiérarchisé de l’enseignement supérieur (Convert 2010).

« Avec Parcoursup, des choix libres, informés et réfléchis »2

Les suppressions de la hiérarchisation des vœux, des « pastilles vertes » et des « vœux groupés » font partie des changements s’inscrivant dans l’idéologie du « libre choix » des élèves.

Centrale dans la procédure APB, la hiérarchisation des vœux imposait aux candidats d’ordonner leurs vœux (24 maximum). Grâce à un algorithme d’appariement, le système proposait alors aux élèves le vœu le mieux placé possible dans leur liste (Frouillou 2017 : 115). Avec Parcoursup, les candidats reçoivent des réponses sur chacun de leurs vœux (non hiérarchisés) puis doivent choisir une formation sur l’ensemble des propositions finalement reçues. Avec APB, la priorité académique (selon le lycée d’origine) intervenait « en cas de tension entre l’offre et la demande pour certaines formations » (Ibid. : 117). Lorsqu’elle était insuffisante à départager les candidats, l’algorithme procédait par tirage au sort. Bien qu’un nombre restreint de filières était concerné (169 en 2017 sur près de 12 000 recensés sur le portail), sa critique médiatique a servi à justifier l’extension de la sélection sur dossier scolaire à l’entrée de l’université. Notons que le « problème » du tirage au sort était identifié dès 2012 dans un rapport de l’IGAENR, et qu’il est devenu un problème politique médiatique lorsque les recteurs ont pensé que les filières de médecine (pour lesquelles il n’existe pas de contournement via une formation sélective, contrairement aux double licences de droit par exemple) pouvaient être concernées en 2017 (il n’y aura finalement pas eu de tirage au sort pour entrer en PACES).

Avec APB 2017, les bacheliers généraux devaient obligatoirement formuler au moins un vœu au sein de leur académie dans une formation identifiée par une « pastille verte » car disposant de capacités d’accueil suffisantes pour accueillir l’ensemble des candidats. Les « vœux groupés » imposaient, quant à eux, aux élèves souhaitant suivre l’une des licences les plus demandées (Droit, PACES, Psychologie et STAPS) d’émettre un vœu groupé vers tous les établissements de la région proposant la licence visée. Par exemple, les aspirants juristes se voyaient contraints de postuler dans l’ensemble des licences de droit d’Île-­‐de-­France. Les « vœux groupés » ont laissés place aux « vœux multiples ». Aujourd’hui facultatifs, ils autorisent les élèves à multiplier les candidatures dans les filières dites sélectives (IUT, STS, CPGE) ou dans les quatre licences précitées en « tension » (désormais rassemblées selon des ententes entre établissements).

Les suppressions des « pastilles vertes » et des « vœux groupés » introduisent donc un assouplissement de la « carte universitaire », lequel s’inscrit dans l’idéologie du « libre choix » des élèves, appréhendés comme des acteurs rationnels (Lemêtre & Orange 2017 : 51). Les conséquences ségrégatives de l’assouplissement de la carte scolaire dans le secondaire (Frouillou 2017 : 121), qui a profité surtout aux élèves d’origines favorisées et s’est accompagné d’une exacerbation de la concurrence entre établissements, risquent de se reproduire dans le supérieur. Les effets d’Affelnet à Paris (dossiers scolaires, bonus boursier, forte concurrence) constituent un modèle pour structurer des hypothèses sur les effets de Parcoursup, notamment en termes d’accentuation de la stratification scolaire des formations (Fack & al. 2014).

Censés limiter la ségrégation sociale des filières, des quotas maximums d’élèves non-­résidents (de l’académie) et des quotas minimums d’élèves boursiers (des lycées) ont été fixés pour chacun des cursus. Bien que présentés par le ministère comme un outil de lutte contre les inégalités sociales et territoriales, ils ne sont pas équivalents d’une formation à l’autre et participent en conséquence à la ségrégation universitaire. De fait, le quota minimum de boursiers appliqué en droit à ASSAS était de 2 % seulement contre 18 % à

Villetaneuse pour cette même discipline. Leurs calculs reposent, d’abord, sur la structure sociale des candidatures . Soumis ensuite à des ajustements au cas par cas (après discussions entre chefs d’établissement et rectorats), ces quotas reflètent donc la « carte universitaire » antérieure, l’inégale répartition des vœux des élèves et les réticences de certaines formations à s’ouvrir socialement (Lenoir et al 2019 : 79). Cet outil maintient les inégalités existantes, voir les institutionnalise en déterminant les règles du jeu sur le nouveau portail.

Détourner les bacheliers les moins armés scolairement des filières universitaires

Derrière le discours officiel valorisant le libre choix des élèves, l’intention du Ministère est aussi de réduire le nombre de vœux en licences au sein desquelles les étudiants échoueraient massivement.

Le chiffre de « 60 % d’échec en licence », bien que trompeur, a largement été relayé (Bodin & Millet : 2011). D’après l’étude d’impact relative à la loi ORE, cet objectif est clair : les bacheliers professionnels « ne devraient pas choisir » certaines licences car ils y « échouent massivement » (Étude d’impact, projet de loi relatif à l’orientation et la réussite des étudiants, NOR : ESRX1730554L/Bleue-­1, 16 novembre 2017, p. 11‐12p. 11­‐12).

L’anticipation des risques d’échec est un principe structurant des orientations dans le secondaire, tant dans les représentations des enseignants que celles des élèves (Cayouette-­Remblière 2014 ; Broccolochi & Sinthon 2011). À défaut du pouvoir coercitif que l’institution scolaire détient en fin de troisième, dans le supérieur, elle peut toutefois chercher à « dissuader les bacheliers qui ne suivraient pas les choix conseillés ou les inciter à les suivre » (Duru-‐Bellat & al. 2007 : 60). C’est précisément à ce travail de dissuasion que se prête le portail Parcoursup en affichant des indicateurs chiffrés (taux de passage en deuxième année, de réussite en 3 ou 4 ans, d’accès à chaque formation, selon les séries du baccalauréat) et des informations qualitatives sur les formations de l’enseignement supérieur (attendus nationaux et locaux, critères d’examen des dossiers). À l’aide de ces données, l’ « élève rationnel » est censé anticiper ses chances d’admission et ses risques d’échec dans les différents cursus et construire ses vœux en fonction. Différents acteurs prennent en charge le travail d’orientation à commencer par « l’École [qui] participe activement à la production des ‘vœux’ qui ne sont qu’en apparence formulés de manière libre et autonome par l’élève et sa famille » (Cayouette-­Remblière 2014 : 62). Les enfants de classes populaires, à la fois surreprésentés dans les séries technologiques et professionnelles et « moins familiarisés et préparés à l’enseignement supérieur par leurs parents, sont plus enclins que d’autres, car plus dépendants, à recevoir et accepter une forme d’injonction scolaire à la poursuite d’études en STS » par exemple (Orange, 2010 : 39). Or, la loi ORE augmente le poids de l’institution scolaire dans la construction des aspirations par l’introduction d’une nouvelle « pièce essentielle du dossier de chaque élève » : la fiche avenir renseignée par les équipes pédagogiques courant mars (Fiche avenir Mode d’emploi).

En plus des notes et appréciations disciplinaires au lycée, la fiche avenir comprend d’autres rubriques remplies par les professeurs principaux ou les chefs d’établissements. La rubrique « Engagement, esprit d’initiative » renvoie explicitement à des activités menées par les élèves en dehors de la classe et même du lycée : « participation aux instances du lycée, délégué, tutorat, participation à la vie associative au lycée ou en dehors, activités bénévoles ou de volontaires, stage en entreprise, dans des administrations ou associations pendant les vacances, période de mobilité à l’étranger, etc. » (Fiche avenir Mode d’emploi). Avec Parcoursup, ces éléments – qui contreviennent aux modes de sélection purement scolaires observés en 2003 à l’entrée des classes préparatoires – deviennent des catégories de l’entendement professoral (Darmon 2012 : 9-­‐10). Converties via la fiche avenir en catégories légitimes, ces appréciations redoublent les effets des verdicts strictement scolaires. Ainsi, les élèves titulaires d’une mention très bien au baccalauréat sont également ceux que l’on félicite pour leur « engagement, esprit d’initiative » en dehors des cour.

Figure 1

Le travail d’encadrement des aspirations s’est également traduit par une campagne active sur les réseaux sociaux (promue par le Ministère) sur lesquels figure une abondante documentation à destination des élèves et de leur famille sur l’orientation. Or, la documentation contribue à « inscrire l’ordre social dans les cerveaux et à convaincre nombre d’élèves de leur place dans l’espace hiérarchisé que constitue [l’enseignement supérieur] » (Cayouette-­Remblière 2014 : 19). Utilisée dans les lycées, elle « prédéfinit [des] filiations naturelles entre formations secondaires et supérieures, pesant ainsi sur les parcours à venir » (Orange, 2010 : 35). La documentation disponible rappelle chacun à sa place en fonction de son bac : aux bacheliers technologiques, les vœux en DUT, aux bacheliers professionnels l’entrée dans la vie active, éventuellement des vœux en BTS.

Dernier dispositif : le questionnaire d’auto-évaluation. Mis à l’œuvre en 2018 dans les filières de Droit, il a été élargi à d’autres formations cette année. Obligatoire pour postuler, les résultats obtenus ne sont pas connus des commissions d’examen des vœux, mais seulement des candidats invités dès lors à s’ « interroger sur la pertinence de leur candidature ».

Ce dispositif s’ajoute aux précédents et s’inscrit dans une politique de gestion des flux de bacheliers par l’auto-‐sélection. Ce nouveau cadre a contribué à modifier la distribution des vœux des candidats entre 2017 et 2018 dans l’espace de l’enseignement supérieur – notamment en Île‐de-­France où les formations sont nombreuses – allant vers une accentuation de la concurrence entre formations ainsi qu’un renforcement des hiérarchies existantes.

La redistribution des vœux des candidats entre APB et Parcoursup : accentuation de la concurrence entre formations et renforcement des hiérarchies existantes

Les différentes filières (STS, IUT, CPGE et licences universitaires notamment) sont différemment affectées par les bouleversements introduits par Parcoursup (Figure 1). Le ministère s’enthousiasme de la hausse des vœux en direction des formations dites sélectives grâce au nouveau portail (Dossier de presse, avril 2018 : 14). Même si les licences universitaires sont toujours les plus plébiscitées, elles ont effectivement été délaissées par comparaison aux STS, IUT ou CPGE et aux formations du secteur privé (encadré). Mais, loin de représenter un engouement partagé pour la sélection, derrière ce phénomène se dissimule d’autres processus, moins fréquemment évoqués par les autorités.

L’inégal déclin des vœux en licence : le contournement des universités de banlieue au profit des établissements parisiens

Du fait de l’assouplissement de la sectorisation universitaire, la situation est très contrastée d’une licence à l’autre, allant vers un renforcement des hiérarchies symboliques existantes.

La baisse des vœux en licence prend des proportions variables sur le territoire : moins importante dans l’académie de Paris que celles de Versailles et de Créteil (Figure 2). Prenons appui sur les licences de science politique et de Droit en Ile-­de-­France, exemplaires de ce processus de durcissement des hiérarchies entre établissements.

Figure 2

Alors que ces licences de science politique des universités de Paris‐Nanterre et de Paris 1 étaient déjà plébiscitées par les candidats en 2017 sur le portail APB, elles le sont davantage encore en 2018 avec Parcoursup. Dans un même temps, la licence de science politique de Paris 13-­Villateneuse, précédemment « pastille verte », s’effondre avec 556 vœux reçus en 2018 contre 7 305 en 2017. Les autres établissements franciliens connaissent, eux aussi, une baisse du nombre de candidatures, plus faible cependant (-­9% à l’UVSQ, -­18 % à Saint‐Denis et l’Université de Créteil).

Figure 3

Le cas du droit illustre davantage encore l’accentuation de la concurrence entre formations. En 2017, le vœux reçus par les différentes licences de droit de l’espace francilien était relativement équivalents, précisément en raison des « vœux groupés » imposés aux élèves. Avec leur disparition, les bacheliers ont pu délaisser les facultés trop éloignées de leur lieu de résidence et viser les plus prestigieuses à leurs yeux (Figure 3). En conséquence, les universités de banlieues sont délaissées quand les établissements parisiens demeurent attractifs, laissant transparaitre une hiérarchie forte et des taux d’accès différenciés entre établissements pour ces formations.

 

Derrière le retrait des vœux en licence et le regain en STS, le poids accru des déterminants sociaux sur l’orientation

La disparition des « pastilles vertes » (pour les bacheliers généraux) ainsi que celle des « vœux groupés » (vers les licences en tension) contribuent pour beaucoup au recul des candidatures en licence, mais ne suffit pas à l’expliquer. La raréfaction des vœux peut tenir en partie au passage de 24 vœux possibles à 10, mais n’affecte pas toutes les formations de la même façon. En moyenne, les candidats formulent entre 7 et 8 vœux en 2017 comme en 2018. D’autres facteurs interviennent donc, parmi lesquels le poids accru des déterminants sociaux sur l’orientation.

En effet, le recul des candidatures en licence ne s’explique pas seulement par la fin des dispositifs « pastilles vertes » puisque ce retrait affecte autant, sinon plus, les bacheliers technologique et professionnel que ceux des séries générales, qui étaient les seuls concernés par ces procédés. À l’échelle nationale, la baisse du nombre moyen de vœux en licence touche tous les bacheliers quelle que soit la série du baccalauréat mais de manière plus remarquable les bacheliers technologiques (-­44 %) et professionnels (-­49 %), déjà peu enclins à postuler à l’université par le passé (Figure 4).

Figure 4

Figure 5

Dans le même temps, le regain des vœux en STS varie selon l’académie (Figure 2) en lien avec sa composition sociale, mais dépend aussi de l’origine scolaire (Figure 4). Si les STS sont, de longue date, les formations au recrutement le plus populaire au sein de l’enseignement supérieur (Orange 2010), cette filiation entre positions sociales et filières de l’enseignement supérieur s’est renforcée avec l’arrivée de la nouvelle plateforme d’affectation. La hausse des vœux en BTS est ainsi d’autant plus forte dans les académies où la proportion d’ouvriers et d’employés est élevée (Figure 5), ces étudiants des filières STS étant « disposé[s] à la proximité scolaire et géographique » (2010 : 9). Le nouveau système d’affectation rappelle chacun à sa place dans l’espace hiérarchisé de l’enseignement supérieur.

Avec la hausse des vœux en direction des STS, y compris parmi les bacheliers des séries générales (Figure 3), ces formations deviennent plus sélectives encore. Ayant suivis les injonctions du ministère en se dirigeant vers les filières « professionnelles courtes », nombre de bacheliers voit leur candidature refusée durant la phase principale et se trouvent contraints de candidater en phase complémentaire là où il reste des places ou abandonnent l’idée d’accéder à l’enseignement supérieur l’année considérée.

Ainsi pour finir, quand certaines formations attractives sélectionnent, d’autres recrutent massivement leurs étudiants durant la phase complémentaire de Parcoursup. Elles accueillent alors les candidats déboutés des autres filières, parmi lesquels nombre de bacheliers technologiques et professionnels, mais aussi quantité d’étudiants en réorientation ou en reprise d’études. C’est le cas notamment de la sociologie à Paris 8 : 56 % des admis à la rentrée ont rejoint la licence durant la phase complémentaire dont une majorité de bacheliers technologiques ou professionnels (plus de 70 % des admis en phase complémentaire). Cette analyse par les vœux laisse présager une ségrégation universitaire renforcée par la réforme, laquelle autorise certaines formations à procéder à une sélection scolaire drastique, tandis que d’autres cursus (de moins en moins nombreux) poursuivent de remplir le « rôle d’espace tampon, d’ajustement et de redistribution des nouveaux bacheliers » en amortissant les conséquences de la sélection opérée ailleurs dans l’espace de l’enseignement supérieur (Bodin, Millet 2011 : 236).

Bibliographie :

  • Bodin R., Millet M., « L’université, un espace de régulation. L’ « abandon » dans les 1ers cycles à l’aune de la socialisation universitaire », Sociologie, vol. 2, no. 3, 2011, p. 236.
  • Broccolichi S., Sinthon R., « « Libre choix », hiérarchisation des espaces scolaires et surcroîts d’échecs », in Ben Ayed C., 2010, L’école démocratique. Vers un renoncement politique ?, Armand Colin, Paris, 2010.
  • Cayouette-­Remblière J., « Les classes populaires face à l’impératif scolaire. Orienter les choix dans un contexte de scolarisation totale », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 205, no. 5, 2014. Convert B., « Espace de l’enseignement supérieur et stratégies étudiantes », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 183, no. 3, 2010.
  • Darmon M., « Sélectionner, élire, prédire : le recrutement des classes préparatoires », Sociétés contemporaines, vol. 86, no. 2, 2012.
  • Duru-­Bellat M., Perretier E., « L’orientation dans le système éducatif français, au collège et au lycée », Rapport pour le HCE, 2007.
  • Fack G., Grenet J., Benhenda A., « L’impact des procédures de sectorisation et d’affectation sur la mixité sociale et scolaire dans les lycées d’Île-­de-­France », Rapport Institut des Politiques Publiques n°3, 2014.
  • Frouillou L., Ségrégations universitaires en Île-­de-­France. Inégalités d’accès et trajectoires étudiantes, Paris, La Documentation Française, coll. « Études & recherches de l’Observatoire national de la vie étudiante », 2017.
  • Frouillou l., Pin C., van Zanten A., « Le rôle des instruments dans la sélection des bacheliers dans l’enseignement supérieur. La nouvelle gouvernance des affectations par les algorithmes », Sociologie, n°2, vol 10, pp.209-­‐215, 2019
  • Lemêtre C., Orange S., « Les bacheliers professionnels face à Admission Post­‐Bac (APB) : « logique commune » versus « logique formelle » de l’orientation », Revue française de pédagogie, vol. 198, no. 1, 2017
  • Lenoir N., Berry G., Dauchet M., Grenet J., Lucchesi L., Moisan C., « Rapport au parlement du comité éthique et scientifique de Parcoursup », 2018.
  • Orange S., « Le choix du BTS. Entre construction et encadrement des aspirations des bacheliers d’origine populaire », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 183, no. 3, 2010, pp. 32-­‐47.

Pour citer ce document :

Marie­‐Paule Couto, Fanny Bugeja-­Bloch et Leïla Frouillou, 2019, « Diviser l’enseignement supérieur. Analyses des effets de la loi ORE à travers les vœux des candidats. ». Document republié sur le blog du CSU. En ligne : https://csu.hypotheses.org/172.

  1. Pour la rentrée 2019, la rubrique « Activités et centres d’intérêt » remplace le CV. []
  2. Dossier de presse Parcoursup, avril 2018. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.