Ne sois pas un de ces gars : conseils pratiques pour l’universitaire mâle

Par Acclimatrix [1]

[Ndt. Les rapports de pouvoir sont produits tout autant par des mécanismes structurels que par les comportements ordinaires les plus anodins en apparence. C’est à ces derniers que s’adresse ce billet d’Acclimatrix, pseudonyme d’une chercheure étatsunienne, et plus particulièrement aux membres masculins du monde académique qui produisent les discriminations sexistes, parfois sans s’en rendre compte, au quotidien des relations de travail. Les mobilisations féministes ayant réussi à rendre l’idéal égalitaire légitime, ces conseils pratiques soulignent qu’il ne suffit pas d’y adhérer pour la forme : l’égalité suppose que les dominants perdent leurs privilèges, et ils peuvent y contribuer eux aussi en se faisant par exemple attentifs aux multiples « petits » actes ici mis en lumière. Nombre d’entre eux sont d’ailleurs transposables pour d’autres rapports de pouvoir – de classe, de « race », de statut professionnel, d’âge… Lien vers le billet original : tenureshewrote]

Il existe pléthore de recherches sur les causes des environnements hostiles aux femmes dans le monde académique, et sur la sous-représentation des femmes dans beaucoup d’univers. Il y a des groupes de soutien pour les femmes, des associations entièrement dédiées aux femmes universitaires (en général ou par spécialité), des ateliers pour femmes universitaires et d’innombrables articles et blogs consacrés au sujet [2].

Ces initiatives sont importantes, mais elles laissent un problème en suspens : l’égalité des sexes doit devenir une entreprise collaborative. Si les hommes sont majoritaires dans la plupart des départements, des comités de rédaction, des comités de sélection, des laboratoires et des colloques, alors les hommes doivent devenir des alliés pour la grande cause de l’égalité, simplement parce qu’ils ont plus de billes en main. Or, même si j’aimerais que ce ne soit pas le cas, les mecs deviennent souvent moins attentifs quand des questions telles que le sexisme sont soulevées. Je me suis aussi rendue compte que nombre d’entre eux sont antisexistes mais ne réalisent pas que leurs actes quotidiens (petits et grands) perpétuent l’inégalité. Donc, les gars, ce billet est pour vous. [3]

1. Ne commente pas l’apparence d’une femme dans un contexte professionnel. Peu importent tes intentions, ce n’est pas pertinent. De même, ne dis à personne qu’elle ne ressemble pas à une scientifique/enseignante/universitaire, qu’elle a l’air trop jeune, ou qu’elle devrait sourire davantage.

2. Ne prends pas la parole au détriment de tes collègues féminines. Hommes et femmes sont socialisé·e·s différemment à la communication. Tu ne t’en rends peut-être pas compte, mais si tu te surprends à interrompre des femmes, à placer ta voix au-dessus de la leur ou à parler plus longtemps qu’elles, arrête.

3. Évite les remarques sexuelles (ou les vêtements, etc. qui sont sexuellement explicites ou suggestifs), qu’elles soient ou non à propos de tes collègues.

4. Assure-toi que les séminaires d’équipe, les colloques, les comités de sélection et les table-rondes sont équilibrés selon le sexe. Si une collègue décline ton invitation, demande-lui de te suggérer une alternative. Admets que s’il y a une minorité de femmes dans ton domaine ou ta discipline, elles croulent probablement sous les invitations pour participer à des comités ou des conférences. Aie conscience du problème et n’abandonne pas à la première invitation déclinée !

5. Fais attention à qui organise les pots, les collectes de cadeaux ou les sociabilités entre collègues. Assure-toi que ce ne sont pas essentiellement des femmes qui, dans ton labo, ton département ou ton établissement, font office d’organisatrices de fêtes et de rencontres. Propose-toi pour le faire, et propose un homme la fois suivante.

6. Porte-toi volontaire quand il s’agit de prendre des notes, d’aller chercher les cafés ou de prendre les commandes de sandwiches pour la prochaine réunion. Ne laisse pas ces tâches retomber sur des femmes, même si elles se proposent (nous sommes socialement conditionnées à le faire). Assure-toi que les femmes ne sont pas plus souvent sollicitées que les hommes.

7. Ne refuse pas de passer les portes ouvertes par des femmes, n’insiste pas pour porter leurs affaires, ne renforce pas, d’une manière ou d’une autre, les stéréotypes supposant que les femmes ont besoin d’un traitement spécial du fait de leur genre. Propose ton aide, et laisse tomber si elle est déclinée.

8. Utilise la formule de salut appropriée quand tu écris à une femme universitaire. N’appelle pas ton enseignante « Mme » ou « Mlle ». N’écris pas à une collègue en tant que « Mme » quand tu pourrais l’appeler « Dr. » ou « Prof. » [4]. Il y a un lourd passif autour des titres, et je te garantis que la plupart des femmes y sont sensibles. Montres que tu n’es pas Un De Ces Gars en respectant les titres des femmes universitaires, au moins pour l’entrée en matière.

9. Partage à égalité le travail domestique et le soin aux enfants. Les femmes (y compris dans le monde académique) sont souvent écrasées par les tâches domestiques de manière disproportionnée par rapport à leurs partenaires universitaires masculins. Demande-toi si ton foyer est égalitaire.

10. Pendant une séance de questions, sollicite des femmes. Sois un bon modérateur et assure-toi que les hommes n’occupent pas plus la parole que les femmes. Quand la salle est grande, utilise des micros mobiles plutôt que des micros fixes pour encourager les femmes à prendre la parole (je t’assure que ça marche !).

11. Renseigne-toi sur le sexisme bienveillant. [5]

12. Renseigne-toi sur la mexplication [6] (je ne discuterai pas ici de savoir si c’est un bon terme ou pas). Prémunis-toi contre ça, et empresse-toi d’y mettre fin quand tu vois d’autres y succomber.

13. Renseigne-toi sur l’argument du ton. Ne l’utilise jamais. Ne disqualifie pas tes collègues féminines comme émotives, énervées ou tout autre manière de suggérer qu’elles ne méritent pas le respect parce qu’elles n’adoptent pas ce que tu penses être un ton approprié.

14. Apprends à t’excuser quand quelqu’un t’interpelle pour un comportement inapproprié [Ndt : sous-titres en français].

15. Ne laisse pas le travail de développement de l’égalité aux femmes. Sois proactif, plutôt que réactif, dans tes contextes de travail. Fais remarquer à tes étudiant·e·s et à tes collègues les incidents qui installent un environnement hostile. Si tu remarques quelqu’un en train de faire ou de dire quelque chose de sexiste, dis-lui que ce n’est pas normal. Soutiens activement tes collègues féminines quand elles font l’expérience du sexisme.

16. Adopte les outils et pratiques d’enseignement qui promeuvent l’égalité sexuelle. Fais attention à l’exemple que tu donnes aux étudiant·e·s.

17. Sois attentif à qui tu invites aux rassemblements informels liés au travail. Si vous sortez souvent boire un verre avec des membres de ton labo ou de ton département, fais l’effort d’inclure des femmes. Il se pourrait que, sans t’en rendre compte, tu exclues tes collègues des opportunités de travail ou du partage des idées qui surviennent dans les occasions informelles.

18. Assure-toi d’être conscient des biais sexistes des pratiques éditoriales des revues scientifiques. Si tu participes à une équipe de revue, calcule combien d’évaluateur·e·s masculins et féminins sont sollicités. Agis pour que ça devienne plus égal.

19. Sache quand écouter. Ne prétends pas comprendre ce que c’est que d’être une femme. Ne t’exclame pas « mais ça arrive aux hommes aussi ! » N’essaie pas d’écarter ou de minimiser les préoccupations exprimées par des femmes. Souviens-toi que les femmes réagissent souvent à une longue histoire d’incidents, petits ou grands.

20. Enfin, si tu fais tout ce qui précède, ne t’attends pas à recevoir un bonbon. Tes efforts pourraient bien ne pas être remerciés voire même passer inaperçus la plupart du temps. Continue quoi qu’il en soit, car tu ne le fais pas pour obtenir une reconnaissance particulière. Tu le fais parce que c’est la seule chose décente à faire.

Sentez-vous libres de partager tout autre conseil ou idée à travers les commentaires, ou de partager vos expériences (tenureshewrote). Un grand merci à toutes celles qui ont contribué à cette liste sur twitter!

(Acclimatrix est professeure dans une université de recherche du nord-ouest des Etats-Unis. Au-delà de son activité scientifique, elle se passionne pour les questions de diversité dans le monde académique et la vie publique. Quand elle n’est pas sur le terrain ou au labo, elle aime lire, essayer le dernier cocktail maison, faire la geek, tricoter et explorer terre et mer. Elle tweete à l’adresse @Acclimatrix)

[1] [Ndt] Traduit du blog tenureshewrote par Olivier Roueff, avec l’aide de Lucie Bargel.

[2] [Ndt] Cette phrase fait sens dans le contexte étatsunien, beaucoup moins, malheureusement, dans le contexte français.

[3] Ce billet part de la prémisse que le sexisme existe – institutionnel et individuel, anodin et massif, intentionnel ou autre. Ce n’est pas le lieu d’en débattre. Cette liste de conseils est issue des expériences personnelles répétées vécues par moi et de nombreuses collègues féminines, et même des comportements qu’un certain nombre d’hommes eux-mêmes ont observé.

[4] [Ndt] Ceci vaut surtout pour un contexte étatsunien ; en France, comme le suggère Viviane Griveau-Genest dans son adaptation partielle du même billet, le choix entre vouvoiement et tutoiement pourrait être mentionné ici : éviter de distribuer informalité et officialité différemment selon le sexe de l’interlocuteur·e.

[5] [Ndt] Benevolent sexism. Les comportements visés au point 8 en font partie. Extraits traduits du lien proposé par Acclimatrix :

« On définit le sexisme bienveillant comme un ensemble d’attitudes envers les femmes qui les assignent à des stéréotypes et à des rôles restreints mais qui sont subjectivement positifs dans leur expression (en apparence) et qui autorisent des comportements habituellement considérés comme prosociaux (par exemple, l’aide) ou intimes (par exemple, l’exposition de sa vie privée) » (Glick P. & Fiske S.T., “The Ambivalent Sexism Inventory: Differentiating hostile and benevolent sexism”, Journal of Personality and Social Psychology, 70, 1996, p. 491–512, p. 491).

« [Le sexisme bienveillant] est une inclination subjectivement positive à la protection, l’idéalisation et l’affection envers les femmes qui, comme le sexisme hostile, sert à justifier la subordination des femmes aux hommes » (Glick P., Fiske S.T., Mladinic A., Saiz J.L., Abrams D., Masser B. & López López W., “Beyond prejudice as simple antipathy: Hostile and benevolent sexism across cultures”, Journal of Personality and Social Psychology, 79, 2000, p. 763–775, p. 763). »

[6] [Ndt] Mansplaining : mot-valise composé à partir de man et explaining, Lucie Bargel proposant la traduction par mexplication. Cela désigne une manière qu’ont les hommes (et plus largement les dominant·e·s) de présupposer qu’ils maîtrisent mieux les attendus d’une situation ou d’un domaine de connaissance et, en conséquence, d’expliquer les choses aux femmes (et plus largement aux dominé·e·s) de manière condescendante ou infantilisante. Dans le monde académique, le cas typique consiste à étaler des généralités convenues sur un sujet dont l’interlocutrice est une spécialiste – puisque découvrir qu’une femme puisse être une spécialiste de quoi que ce soit paraît inenvisageable.


9 réflexions au sujet de « Ne sois pas un de ces gars : conseils pratiques pour l’universitaire mâle »

  1. Ping : Conseils aux hommes (et aux femmes) universitaires | Academia

  2. Musepoete

    Merci !
    J’ajouterais, pour le point 17 : « propose le cas échéant un horaire alternatif et/ou un lieu permettant un mode de garde pour les enfants – comme un pot chez quelqu’un plutôt qu’un RDV dans un café » parce que c’est bien là que ça coince pour les moments informels ou les réunions le soir en semaine.

    Répondre
    1. Sandra Laugier

      Ce texte excellent serait plus efficace si plus de soin avait été apporté à sa traduction et à son adaptation…
      Tel quel c’est inutilisable et c’est dommage étant donné l’importance de l’enjeu

      Répondre
      1. Olivier Roueff Auteur de l’article

        Oui en effet notre choix a été de traduire sans adapter sauf quelques notes minimales. Un texte équivalent adapté au contexte français serait le bienvenu ! Quant à la traduction toutes les propositions d’amélioration seront prises en compte…

        Répondre
      2. Sara Guindani

        Chère Sandra,

        Je vous prends à la lettre, pourquoi ne pas solliciter un groupe de collègues (nous sommes nombreuses à être touchées par le sujet) et publier une version française de ce « manuel » ?
        Très cordialement,

        Sara

        Répondre
    2. Anthony Pecqueux

      Oui, avec en plus la question épineuse du « mercredi »… Comment le formuler? Quelque chose comme « Ne propose pas systématiquement des réunions le mercredi – mais ne les élude pas non plus (comme si toutes les femmes devaient être des mamans occupées avec les enfants le mercredi). Ou mieux: si tu es papa, occupe-toi également des enfants le mercredi, et tu comprendras »? (ce qui rejoint in fine le point 9)
      Bref, toute une question de tact, d’attention à l’autre (pour ne pas dire de care!); pas gagné mais à travailler!
      En tout cas, merci Olivier & Lucie pour nous rendre accessible ce texte

      Répondre
      1. Christelle Rabier

        Le texte original anglais est-il accessible? Si tel est le cas, je me propose de retoucher la traduction. Merci beaucoup, Christelle Rabier – qui veut bien consacrer sa journée de grève demain à la formation des collègues (féminines et masculins) sur ces questions

        Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *