Archives par étiquette : Loi ORE

Parcoursup : diviser l’enseignement supérieur

Alors que la Cour des comptes critique cette semaine les « paramètres parfois contestables » de sélection de la plate-forme Parcoursup, Marie-Paule Couto, Fanny Bugeja-Bloch et Leïla Frouillou analysait en mai 2019 les effets de dualisation de l’enseignement supérieur induit par la loi ORE qui accompagnait cet outil informatique.

Votée en 2017, la loi Orientation et Réussite des Étudiants (ORE) constitue l’une des réponses des autorités à la massification scolaire et au contexte de saturation croissante des capacités d’accueil de certaines formations (notamment des STS, IUT, licences de STAPS, droit, psychologie et médecine). L’objectif officiel de la réforme est de réduire l’échec en licence en améliorant l’orientation des bacheliers. Annoncée en juillet et mise en place en urgence à la rentrée 2018, elle étend la sélection Continuer la lecture

Inégalités sociales et réforme de l’admission à l’université

La ministre Frédérique Vidal affirme, dans un tweet du 29 mai dernier :

Sauf que ce “taux minimal” n’a rien d’égal selon les universités et donc, selon les territoires. Dans son article 1, la loi relative à l’orientation et à la réussite des étudiants, dite loi ORE, stipule :

« lorsque le nombre de candidatures excède les capacités d’accueil d’une formation, l’autorité académique fixe un pourcentage minimal de bacheliers retenus bénéficiaires d’une bourse nationale de lycée, en fonction du rapport entre le nombre de ces bacheliers boursiers candidats à l’accès à cette formation et le nombre total de demandes d’inscription dans cette formation enregistrées dans le cadre de la procédure de préinscription prévue au deuxième alinéa du I ».

Résultat, mis en graphique par Marie-Paule Couto et Milan Bouchet-Valat :

Les inégalités territoriales ne sont pas les seules qui devraient se voir renforcées par Parcoursup. Pour mémoire, la tribune « Les femmes sont les grandes perdantes de Parcoursup » publiée Le Monde le 26 février 2018 par Fanny Bugeja-Bloch, Marie-Paule Couto et Marianne Blanchard, et l’analyse sur le même thème publiée sur La Vie des idées : « Le Parcoursup des filles. Classe et genre à l’université ».