Quatre mille prénoms en quête d’acteurs

Par Baptiste Coulmont, Guillaume Cabanac et Erwan Bahi

Pour décrire une population, il est parfois intéressant de passer par une description des prénoms des individus qui la composent. Pour ce faire, il faut évidemment disposer d’une liste nominative.

Explorons ici un cas spécial, dans lequel les mêmes personnes disposent de prénoms différents : les prénoms des acteurs et ceux des personnages d’une centaine de séries télévisées françaises des vingt dernières années. Les données proviennent de l’Internet Movie Database (IMDb)1

C’est un corpus varié, très diversifié, qui comporte aussi bien des sketchs courts et très nombreux (comme Kaamelot) que des séries d’un format plus long; des séries « historiques » et des séries policières contemporaines; des séries bien reçues par la critique et le public, et d’autres non. En tout, 115 séries, 8600 acteurs, et environ 10500 personnages avec un prénom.

Un peu plus de 4000 prénoms différents sont utilisés par ces acteurs et ces personnages.
Les prénoms les plus fréquents parmi les acteurs des séries télévisées, en France, sont Philippe (137 acteurs portent ce prénom), Pierre et Laurent. Les prénoms les plus fréquents chez les personnages des mêmes séries sont Pierre (qui apparaît dans 44 séries différentes), Paul, Marie et François.

Rang Acteurs Personnages
1 PHILIPPE PIERRE
2 PIERRE PAUL
3 LAURENT MARIE
4 OLIVIER FRANCOIS
5 ERIC ANTOINE
6 MICHEL PHILIPPE
7 NICOLAS SOPHIE
8 MARIE HELENE
9 FREDERIC JULIEN
10 PATRICK FRANCK

Seuls Philippe, Pierre, Michel et Marie sont communs aux deux listes. Mais à première vue, ces listes se ressemblent quand même. On y trouve des prénoms classiques, assez fréquents en France. Dans le détail, ces deux listes diffèrent cependant. Si l’on s’intéresse aux 300 prénoms les plus fréquents, alors les prénoms des personnages sont de 3 à 5 ans plus « jeunes » que les prénoms des acteurs [Note: l’âge du prénom est calculé à partir de l’année de popularité maximale de ce prénom]. Et les prénoms des personnages récurrents (les premiers et seconds rôles de ces séries) sont 6 à 7 ans plus jeunes en moyenne que les prénoms des acteurs.

C’est ainsi que Véronique Genest (née en 1956, dont le prénom connaît son apogée en 1963) joue le rôle de Julie Lescaut (prénom qui connaît son apogée en 1987) dans une série diffusée à partir de 1992.

Les prénoms diffèrent aussi dans leur forme : les prénoms des acteurs (où les Jean-François, Jean-Christophe, Jean-Philippe sont pléthore) sont en moyenne plus longs que les prénoms des personnages (où pullulent les prénoms de quatre ou cinq lettres).

Enfin, les prénoms des acteurs et des personnages diffèrent dans leur distribution : les prénoms des personnages sont moins concentrés que ceux des acteurs, ils sont plus variés. C’est compréhensible : il ne peut pas y avoir 3 Marie et 3 Michel dans la même série en tant que personnages alors qu’il y a souvent des homonymes parmi les acteurs.

Ces prénoms n’ont pas tout à fait les mêmes rôles : les prénoms des personnages sont plus courts, plus jeunes, et plus variés que les prénoms des acteurs.

Les prénoms ont aussi des connotations : ils sont notamment liés à des habitudes religieuses (Marie, Joseph, Paul, Pierre… ne sortent pas de nulle part) ou linguistiques (Enzo, Benito…). Ces connotations sont d’autant plus importantes dans les œuvres de fiction qui peuvent souvent réduire un personnage à un prénom. Elles importent aussi dans le contexte actuel d’études autour de ce qu’on appelle parfois la « diversité » : les médias représentent-ils bien la diversité de la population française, en terme d’origine sociale, nationale, en terme de genre, d’âge ? Il n’est pas besoin de passer par les prénoms : alors que les femmes adultes sont aussi nombreuses que les hommes adultes, elles ne représentent que 40% des rôles.

Concentrons-nous ici sur les prénoms « arabes », à partir d’une liste comprenant plus de 1000 prénoms différents, compilée à partir de listes de « beaux prénoms arabes » ou de « vrais prénoms arabes » récupérées sur internet2.

4,5% des acteurs et des personnages ont un prénom arabe. La proportion est à la hausse : l’on passe de moins de 3% dans les séries diffusées avant 2000 à environ 5% dans les séries diffusées depuis 2015. Est-ce une proportion faible ou une proportion importante ?

Cette proportion est un peu plus faible que la proportion que l’on trouve chez les enfants nés en France depuis 1960, si l’on utilise la même liste de prénoms arabes (mais elle reste d’un ordre de grandeur comparable). Toutefois d’autres personnes, en France, portent des prénoms « arabes » (les immigrés, qui ne sont pas nés en France) : la population des personnages et des acteurs de séries télévisés sous-estime donc la part totale des individus qui, en France, portent un tel prénom arabe.

L’appariement entre un personnage et son acteur est certes un processus complexe, mais l’on remarque fort bien une correspondance entre les connotations respectives de leurs prénoms. Ainsi, dans la base, les personnages prénommés « Ahmed » sont des rôles confiés à des acteurs prénommés Hakim, Larri, Sabri, Ahamed et Mostefa. Les « Samir » sont endossés par Kader, Smaïl, Malik, Rachid, David et Boris. Et les acteurs prénommés Samir jouent des personnages prénommés Kader, Mehdi, Slimane, Yanis, Abdel, Hocine, Cedric, et Olivier.

En conclusion, il n’étonnera personne que les populations des séries télévisées, décrites à partir des prénoms, ne soient pas une représentation fidèle de la société. Mais certaines séries ont des prétentions réalistes. Si l’on réduisait l’échantillon à ces séries, obtiendrait-on une représentation plus fidèle ?

  1. Les données utilisées proviennent de plusieurs sources. D’une part, l’Internet Movie DataBase (IMDB) répertorie, entre autres, les acteurs jouant des personnages dans des films et séries. D’autre part, le site citeartistes.com propose une liste de séries de fiction françaises. Ces deux sources de données ont été intégrées dans une base de données grâce à IMDBpy. Les statistiques du billet ont été calculées en SQL à partir du schéma relationnel associé, ainsi qu’avec le logiciel R.
    Ces données ont été comparées à celles du Fichier des prénoms de l’INSEE (Fichier des prénoms – Edition 2012 – (2012) [fichier électronique], INSEE [producteur], Centre Maurice Halbwachs (CMH) [diffuseur]). []
  2. Par exemple : www.prenomsarabes.com. []

Répression des « Universitaires pour la paix » et formes de résistance

Par Ayşen Uysal
Professeure en Science Politique
Université Dokuz Eylül, Izmir
Signataire de la pétition pour la paix

1128 universitaires et chercheurs de Turquie ont signé une pétition1 qui invite l’État à mettre fin à la violence qu’il exerce sur ses citoyens kurdes et qui revendique une paix durable. Cette pétition a été présentée lors d’une conférence de presse qui a eu lieu simultanément à Istanbul et à Ankara, le 11 janvier 2016. Il s’agissait d’une pétition parmi des centaines d’autres, mais le discours du Président de la République, Recep Tayyip Erdoğan (RTE), l’a placée au devant de l’actualité pendant plusieurs semaines. Après un premier temps d’insultes de R. T. Erdoğan, un lynchage social et politique a ensuite été organisé contre les pétitionnaires.

Les risques de mobilisation et les stratégies étatiques de la délégitimation

Une campagne de délégitimation du texte de la pétition et des signataires a été initiée par R. T. Erdoğan. Pour ce dernier, les signataires sont « des traîtres », « des ignorants très obscures », « des intellectuels colonialistes » (müstemleke aydını), « des pseudo-intellectuels » (sözde aydın), ou encore « une foule d’intellectuels » (aydın güruhu). Les signataires de la pétition (au moins une partie d’entre eux) ont été présentés comme des personnes qui ont signé le texte sans l’avoir lu. Cette forme de délégitimation a été diffusée par les médias et les signataires ont souvent subi des questions du type « Tu l’as (vous l’avez) signé sans lire le texte, n’est-ce pas ? ». Les voisins, les collègues, les proches n’ont pas hésité à poser cette question du gouvernement, reprise par les procureurs, avant tout pour encourager la démobilisation parmi les signataires. De même, les procureurs ont interrogé chaque signataire en demandant s’ils ont bien lu et compris le texte. Malgré cette délégitimation, un nombre peu significatif d’universitaires pour la paix a retiré son soutien de la pétition et, au contraire, le nombre des signatures a atteint 2200 en peu de temps.

Après la mise en cause de la rationalité des intellectuels, la stigmatisation des pétitionnaires a consisté à publier à plusieurs reprises leurs noms et leurs photos. Les médias proches du gouvernement de l’AKP ont même mis en place des sites Internet spécifiques pour afficher l’identité des personnes concernées (nom, affiliation, photo, etc.). Néanmoins, certaines parmi elles sont plus touchées que d’autres, comme les habitants des petites villes (par exemple, Düzce et Erzurum).

La répression ne s’arrête pas à la stigmatisation. Depuis le 12 janvier 2016, une quarantaine d’universitaires ont été licenciés, plus de cinq cent ont subi une enquête administrative et quatre parmi eux ont été emprisonnés durant Lire la suite

  1. Pour en savoir plus voir http://barisicinakademisyenler.net. []

Soutien à la mobilisation nationale des précaires de l’enseignement supérieur et de la recherche

Motion du CRESPPA, adoptée à l’unanimité des suffrages exprimés et une abstention le 24 mai 2016.

Le CRESPPA s’inquiète depuis plusieurs années de la baisse continue des recrutements dans les disciplines investies par l’unité, et de l’augmentation parallèle des contrats précaires et parfois même illégaux. L’actuel projet de décret annulant 256 millions de crédits pour l’ESR promet d’empirer encore ces tendances, dans un contexte global de précarisation du travail qui sera accentué par le projet de « loi travail » s’il continue d’être imposé contre les mobilisations convergentes depuis la plupart des secteurs de la société.

Les enseignant·e·s et chercheur·e·s non titulaires, doctorant·e·s et docteur·e·s, de même que les personnels administratifs et techniques, sont de plus en plus contraint·e·s d’accepter des conditions de travail et de rémunération indignes, et pour des périodes de plus en plus longues. Ces situations génèrent des abandons non seulement douloureux mais privant l’enseignement et la recherche de collègues talentueux·ses. Elles minent aussi l’organisation du travail et la coordination des services en plus de susciter des relations de travail tendues voire pathogènes. Elles créent enfin une vaste zone de précarité durable qui transforme radicalement nos métiers : face à la pénurie de moyens et de personnels, les titulaires sont condamné·e·s à la fois à des surcharges d’investissement néfastes pour la qualité de leur travail, et à se transformer en exploiteur·e·s malgré eux·lles du travail bon marché des collègues précaires. Contraire au temps long, à la cohérence et à la collégialité indispensables à l’enseignement et à la recherche, la multiplication des formes de précarité ne peut ainsi que favoriser les écarts de pouvoir et les relations de dépendance générateurs d’abus, comme le montrent les trop nombreux cas de harcèlement moral et/ou sexuel.

Lprecaritee CRESPPA soutient pour toutes ces raisons les mobilisations des précaires de l’ESR, au sein des organisations professionnelles et syndicales comme sous la forme autonome prise par le Collectif national des précaires de l’ESR (http://precairesesr.fr/).

Le CRESPPA rappelle que seule la création significative de nouveaux postes d’enseignant·e-chercheur·e, d’ITA et de BIATOSS permettra  de résorber la précarité dans l’enseignement supérieur et la recherche.

Le CRESPPA appelle dans cette logique l’ensemble des collègues titulaires à manifester leur solidarité symboliquement et pratiquement, par exemple en participant par des journées « labo mort » aux mobilisations nationales contre la « loi travail » du 26 mai et du 14 juin, ainsi qu’en contribuant à la caisse de solidarité pour les précaires de l’ESR (contact@precairesesr.fr).

En Turquie nos collègues ont besoin de nous

La situation en Turquie empire de jour en jour, et la répression s’abat en particulier sur les 1128 universitaires qui ont signé la pétition « We will not be a party to this crime », rendue publique le 11 janvier 2016. Le collectif Academics for the Peace tient depuis lors le compte des représailles du régime – mises à pied, suspensions, harcèlements… Ci-dessous le dernier rapport en date : la liste est impressionnante, et s’allonge de jour en jour.

L’urgence est à permettre aux collègues de sortir du territoire turc pour échapper aux représailles, notamment avant le réquisitoire public du procureur de la république qui va immanquablement empirer la situation – les signataires sont accusés de propagande pour une organisation terroriste et/ou d’insulte à la nation, et certains sont déjà interdits de sortie du territoire.

Parmi les solutions à notre portée, et que certaines universités et/ou collègues individuels mettent déjà en œuvre :

  • le plus rapide consiste à utiliser des financements contractuels (ANR, ERC, labex ou autres) pour offrir des contrats aux collègues menacés, même courts, justifiant et finançant un séjour en France ;
  • mettre en place au niveau des universités et autres établissements de l’ESR des bourses d’urgence, par exemple pris sur les fonds dédiés à l’accueil de collègues étrangers ;
  • d’autres possibilités existent selon les cas particuliers, et la meilleure option est d’entrer en contact avec le collectif Academics for Peace (BAK) pour les envisager.

Pour toute question, offre, soutien…, le contact de la commission internationale de Academics for Peace (supprimer bien sûr les [ ] et espaces) :

bak-uluslararasi-iliskiler-grubu [@] googlegroups.com

Pour obtenir des contacts francophones : o.roueff [@] free.fr

 

BAK raporu – Ceviri

ACADEMICS FOR PEACE,  REPORT of the SOLIDARITY GROUP CONCERNING THE CURRENT SITUATION: Violations of human rights, freedom of speech and academic freedoms following the  declaration, “We will not be a party to this crime…”

(24.02.2016)

  Lire la suite

Ne sois pas un de ces gars : conseils pratiques pour l’universitaire mâle

Par Acclimatrix [1]

[Ndt. Les rapports de pouvoir sont produits tout autant par des mécanismes structurels que par les comportements ordinaires les plus anodins en apparence. C’est à ces derniers que s’adresse ce billet d’Acclimatrix, pseudonyme d’une chercheure étatsunienne, et plus particulièrement aux membres masculins du monde académique qui produisent les discriminations sexistes, parfois sans s’en rendre compte, au quotidien des relations de travail. Les mobilisations féministes ayant réussi à rendre l’idéal égalitaire légitime, ces conseils pratiques soulignent qu’il ne suffit pas d’y adhérer pour la forme : l’égalité suppose que les dominants perdent leurs privilèges, et ils peuvent y contribuer eux aussi en se faisant par exemple attentifs aux multiples « petits » actes ici mis en lumière. Nombre d’entre eux sont d’ailleurs transposables pour d’autres rapports de pouvoir – de classe, de « race », de statut professionnel, d’âge… Lien vers le billet original : tenureshewrote]

Il existe pléthore de recherches sur les causes des environnements hostiles aux femmes dans le monde académique, et sur la sous-représentation des femmes dans beaucoup d’univers. Il y a des groupes de soutien pour les femmes, des associations entièrement dédiées aux femmes universitaires (en général ou par spécialité), des ateliers pour femmes universitaires et d’innombrables articles et blogs consacrés au sujet [2].

Ces initiatives sont importantes, mais elles laissent un problème en suspens : l’égalité des sexes doit devenir une entreprise collaborative. Si les hommes sont majoritaires dans la plupart des départements, des comités de rédaction, des comités de sélection, des laboratoires et des colloques, alors les hommes doivent devenir des alliés pour la grande cause de l’égalité, simplement parce qu’ils ont plus de billes en main. Or, même si j’aimerais que ce ne soit pas le cas, les mecs deviennent souvent moins attentifs quand des questions telles que le sexisme sont soulevées. Je me suis aussi rendue compte que nombre d’entre eux sont antisexistes mais ne réalisent pas que leurs actes quotidiens (petits et grands) perpétuent l’inégalité. Donc, les gars, ce billet est pour vous. [3]

1. Ne commente pas l’apparence d’une femme dans un contexte professionnel. Peu importent tes intentions, ce n’est pas pertinent. De même, ne dis à personne qu’elle ne ressemble pas à une scientifique/enseignante/universitaire, qu’elle a l’air trop jeune, ou qu’elle devrait sourire davantage.

2. Ne prends pas la parole au détriment de tes collègues féminines. Hommes et femmes sont socialisé·e·s différemment à la communication. Tu ne t’en rends peut-être pas compte, mais si tu te surprends à Lire la suite

Les étudiant.e.s dionysien.ne.s, ces surdoué.e.s ignoré.e.s

classe graff bonnets daneAu CSU, de nombreux.ses enseignant.e.s chercheur.se.s travaillent à l’Université de Saint-Denis auprès, notamment, d’étudiant.e.s dionysien.e.s et séquanodionysien.ne.s. Qui se cache derrière ces beaux adjectifs ? Des étudiant.e.s au niveau toujours trop faible par rapport aux attentes de leurs enseignant.e.s ? Des étudiant.e.s démuni.e.s, perdu.e.s dans le monde des études supérieures, comprenant difficilement les exigences universitaires en raison de la faiblesse de leurs ressources familiales ?

Et si, au contraire, il.elle.s étaient des étudiant.e.s aux facultés d’adaptation et d’apprentissage exceptionnelles ? Examinons les conditions de leur parcours scolaire jusqu’au baccalauréat, et jugez plutôt. Lire la suite

A Taste of Sociology

                               

They’ve specialized in Literature, Civilization or Communication, are graduate students, they are quite fluent in English -some are even native speakers, want to become Web editors or journalists, are mainly interested in culture and the arts, and are compelled to attend two sociology courses in their Masters’ degree syllabus. What to teach them and how to do it is what I’ve been tackling with since the creation of these courses. The whole purpose being that the slight taste of sociology the students get enhances the skills they already have and that sociology as a tool for grasping society widens their perspectives on culture and art as social processes set in specific contexts. My stand is that a hands-on experience of sociology is better than a text-based one.

I first designed an M1 course in partnership with some cultural institutions programming US photographers or video makers (Fondation Henri Cartier Bresson, Jeu de Paume, for instance). The students had free regular access to the exhibitions so as to Lire la suite

Hardcover book gutter and pages

La recension, ciment de la communauté scientifique ?

La recension (dite aussi compte rendu ou note de lecture, abrégée ici par la suite en CR) est une activité courante dans la recherche. Rendre compte d’un livre en 10 000 signes en moyenne, est un bon moyen de lire « utile ».

La plupart des revues ont (encore) une rubrique « notes de lecture » mais surtout, ces dernières années, plusieurs sites très prolifiques, spécialisés dans la publication de CR, ont vu le jour : lectures, la vie des idées, non-fiction, entre autres[1].

Pour avoir été quelques temps responsable d’une rubrique Notes de lecture dans une revue scientifique, je pense qu’on peut dire que, contrairement à ce qu’on croit souvent, le choix des livres dont il est rendu compte ne fait pas tant que cela l’objet d’une sélection volontaire et rationnellement menée[2]. Cette sélection a, en fait, davantage à voir, d’une part, avec la propension des éditeurs à envoyer spontanément leurs dernières parutions à la revue et, d’autre part, avec la bonne volonté et la ponctualité des auteurs ayant accepté le CR. De fait, dans la revue où j’ai officié quelques années, il était très rare de refuser sciemment de proposer à un-e collègue le CR d’un livre qu’on avait reçu ; en revanche, Lire la suite

Nous ne sommes qu’un prisme

Cet été, j’ai réalisé mon premier terrain de recherche, sur lequel je me permettrai de ne pas donner beaucoup de détails. Tout d’abord, parce que c’est « tout frais » et que je ne peux pas encore comprendre ce qui s’est passé. Ensuite, parce qu’il s’agit d’une institution fermée, que je ne peux pas exposer sans conséquence. J’aimerais parler seulement de la première impression que cette expérience m’a donnée. Parler du premier goût de l’observation[1] participante.

Nous, chercheurs/chercheuses, en quête du social, nous arrivons sur place armé(e)s de nos outils, de nos guides d’entretiens et de nos hypothèses, et nous essayons de comprendre le sens commun. De voir au-delà de l’évidence. Nous laissons les autres entrer en nous-mêmes, nous laissons leurs propos passer à travers nous-mêmes, parfois drôles, parfois violents, parfois sans intérêt. Ce processus n’est ni Lire la suite

name-bracelet-624x184

Genre des noms et enquête statistique

Dans de nombreuses circonstances, les sociologues se retrouvent avec des données statistiques individuelles pour lesquelles le sexe des enquêté-e-s n’est pas renseigné, mais indiquent toutefois le prénom. Peut-on inférer du genre du prénom le sexe de l’enquêté-e ? C’est la question à laquelle nous avons été confronté-e-s dans le cadre d’une enquête en cours sur les réalisateurs et réalisatrices de longs métrages français dans les années 20001, et il semblerait qu’y répondre soulève plus d’une difficulté.

Comment procéder pratiquement, d’abord, pour créer cette variable « sexe » à partir du prénom ? Coder manuellement chaque entrée ? Dans notre cas, l’enquête porte sur une population de 2400 personnes. Tout en restant faisable, l’opération est pour le moins fastidieuse.

Et puis il y a bien sûr le problème des prénoms dont l’on sait (ou dont ignore) qu’ils sont mixtes – de Dominique à Claude. Mais les Claude sont-il/elles aussi mixtes que les Dominique ? Et qu’en est-il des Alix ? des Yael ? des Médine ? Lire la suite

  1. Enquête basée sur des données du CNC, et menée par Laure de Verdalle, Audrey Mariette, Delphine Naudier et moi-même. []
J2592x1944-02909-01-624x468

Les matheux-ses savent vivre

Pour des raisons personnelles, j’ai dû assister dans ma vie à deux soutenances de thèse en mathématiques, et plus récemment à une soutenance d’habilitation à diriger les recherches à Marseille. Notons tout d’abord que les matheux-ses y disposent d’un « Centre international de rencontres mathématiques » situé à Luminy, à 30 minutes à pieds d’un des plus beaux endroits du monde, où il fait bon se baigner, mater les poissons et pêcher des oursins.

Passons sur ce choix de bon goût. Cette soutenance m’a pour la troisième fois – mais je ne m’y habitue pas – laisser le goût d’une ethnographie par dépaysement plutôt que par distanciation. Imaginez-vous. Le-la candidat-e ne tourne pas le dos à la salle : il lui fait bel et bien face, sur le devant de la scène, tandis que le jury, bien obligé, devient humblement le premier rang du public. Et voici qu’on apprend que le-la candidat-e dispose d’une heure pour présenter son travail. En cet instant l’angoisse nous étreint. En l’occurrence, j’ai beau savoir que mon ami aime faire des efforts de vulgarisation, son HDR s’intitule tout de même « Limite de champ moyen et propagation du chaos pour des systèmes de particules, limites gyro-cinétique et quasi-neutre pour les plasmas ». Pourrai-je supporter non seulement son exposé mais aussi les heures de discussion qu’augure un temps de parole double ou triple de celui dont disposent les impétrant-e-s en sciences sociales ? Et c’est là que le dépaysement est total : voici que le premier membre du jury prend à peine deux minutes pour poser deux questions précises et succinctes, tandis que mon ami prend le double de temps pour répondre ! Idem pour le second et le suivant, jusqu’au sixième. Le troisième, d’ailleurs, est une troisième. Une femme pour six membres du jury, il arrive de faire mieux en sciences sociales mais aussi souvent de faire moins bien.

Tout cela est plié en 1h30, ce qui laisse largement le temps au public reconnaissant de célébrer le pot puis d’aller prendre l’apéro au bord de l’eau. N’y a-t-il pas de nombreuses leçons à tirer de cet exemple que nous offre cette vénérable discipline, fleuron de la recherche française (et brésilienne), qui n’empêche même pas le sex-appeal (c’est pas moi qui le dit, c’est le Figaro) ? Il offre évidemment davantage de visibilité au travail de le-la candidat-e. Il interroge surtout sur les raisons qui nous poussent, en sciences sociales, à continuer à exposer, des heures durant, nos membres de jurys et leurs vagues à l’âme, au regard impitoyable de la salle.

Le blog du CSU

Ce carnet vise à offrir un espace de communication scientifique aux membres de l’équipe Cultures et sociétés urbaines (CSU) afin de diffuser leurs travaux, leurs questionnements, et plus largement un regard sociologique sur le monde. Il vient compléter les sites et blogs que certain.e.s chercheur.e.s tiennent déjà :

Équipe plurithématique et pluridisciplinaire au croisement de sociologie et de la science politique, le CSU est l’une des trois composantes du Cresppa, Unité mixte de recherche 7217. Les recherches s’y organisent autour de trois thématiques transverses au Cresppa : Frontières et dynamiques de la citoyenneté, Genre et rapports sociaux de sexe, Travail et classes sociales : les figures de l’exploitation ; et de trois axes propres au CSU : « Ville » catégories et ségrégations urbaines, Culture, Santé.